Darknet : La guerre d’Hollywood contre la génération digitale

medium_couv_darknet_200.jpg

JD Lassika, M2 Editions, Mai 2006
Préface de Howard Rheingold.

Titre original : « Darknet, Hollywood’s War against the Digital Generation. »

 

Denis Failly – JD Lasica could you portray us this mysterious underground universe that you name Darknet (stakes, rules, main actors, strategies…) ?

JD Lasica medium_jdlassika.2.jpg-« Darknet » works on several levels. It refers to the universe of blogs and small, independent websites outside the bright glare of mainstream media sites. These may be small and obscure sites on their own, but collectively they’re becoming as significant and weighty as traditional media.
It also refers to the hundreds of underground sites, in the dark recesses of the Internet, where users can communicate and exchange files in relative security, outside the orbit of the legal system.
Usenet, Internet Relay Chat and university « top sites » are examples of this.
Most importantly, « Darknet » refers to what may happen to the Internet itself should current trends continue. The forces of control, exercised by the entertainment and media companies and backed by their allies in the United States government and unthinking governments abroad, refuse to embrace their digital futures.
This is in no way an endorsement of unfettered file sharing, which is wrong, plain and simple. But the public is largely unaware of the restrictions being placed on on our digital devices — from portable music player to home networks to digital televisions — which prevent law-abiding citizens from using legally purchased media in ways they’ve come to expect. »

Denis Failly – What is your vision of Peer to Peer tomorrow, and is there any limits ?

JD Lasica – « Yes, certainly there are limits. Few reasonable people believe that because a file has been digitized, it’s therefore free for all the world to copy.
An interesting phenomenon has emerged in the past year: the birth of legal peer-to-peer services. Several companies, such as Outhink.com and Pando.com, allow users to exchange large video files with other via p2p. But these services emphasize that users are to exchange files that they’ve created, such as home movies.
I think that’s the future: more and more we’ll see p2p used in legal ways, allowing us to exchange large digital files that we own or created. This will become even more pronounced as we move into the era of high-definition video. »

Denis Failly – Do you believe the Personal media era that you describe in your book, is a epiphenomenon or is it a deep and viable trend in the long run ?

JD Lasica – There’s no question that the personal media revolution is a long-term, lasting phenomenon. All the signs suggest that this era is here to stay. Millions of people are turning to grassroots media sites like YouTube.com and Ourmedia.org for their entertainment, news and information.
The question is, where do we go from here? I think people will quickly tire of the short silly videos you see on some of these sites. We’ll be looking for something deeper and meaningful, something outside the formulas and cliches seen in traditional television.
One prediction: grassroots media will get better, more polished and professional-looking, as the tools of creativity get easier to use and as small groups of people get together to collaborate on higher-quality works.
Second prediction: Many people will start making money for grassroots videos they’ve created.
Final prediction: In the next year we’ll see several deals between traditional media companies and small startups to bring grassroots media works into television channels, cell phones and other distribution networks. »

Denis Failly – Which solutions are possible according to you to (re)conciliate the interests of Majors and the « darknet users » ?

JD Lasica -The solution is apparent for all to see: Entertainment companies need to embrace their digital destinies and start experimenting with new business models for music, video and games. If not, the darknet users will force their hand. My concern is not with the bottom line of the media companies but with the artists and creative individuals who need to receive a fair payment for their creations.
Currently, the music system is out of balance, with the vast majority of artists receiving little or no income for their efforts. If we blew up the current music distribution system and started from scratch, there’s no way we’d come up with anything resembling the current system.
I don’t believe Hollywood faces the same threat to its well-being that the music labels are facing. Swapping and watching Hollywood movies is still a practice you find on college campuses and among geeks, but it hasn’t penetrated the middle class, and probably won’t. But the film industry needs to be aware that people want to watch movies on their terms, without the absurd kinds of restrictions encumbering digital devices.

Denis Failly – As observers of Internet, I suppose you begin to have a idea about the possible scenarios in term of news uses, news economic models for next years ?

JD Lasica – « I recently returned from a trip to Seoul, South Korea, where I attended the International Citizen Reporters’ Forum. It was amazing to see so many people passionate about citizen journalism from all over the world — places like Brazil, Chile, Cameroon and Nepal.
I think smart news organizations are waking up to the fact that the public no longer wants to be spoonfed the news as passive consumers.
Many of us want to engage in a conversation about the news, and to participate in a meaningful way. That means blogs, citizen media videos and podcasts are all part of today’s media equation.
Newspapers and television news networks will find a way to survive — as they must. Professionals still bring a lot to the table that amateurs cannot emulate. But traditional news outlets also must evolve to the new participatory realities or perish. »

Denis Failly – « Thank you JD »


Le blog de JD Lasika
Le blog français autour du livre

 

Bio : JD Lasica, journaliste et blogueur américain reconnu, a écrit de nombreux articles pour des journaux comme le Washington Post, Salon, le Industry Standard… Il est le fondateur du site ourmedia.org qui est au centre du phénomène du journalisme citoyen au niveau mondial. Auparavant, éditeur du principal quotidien de Sacramento, le Sacramento Bee, pendant 11 ans et responsable de l’équipe éditoriale dans trois startups. 

Les podcasts Ecouter, s’abonner, créer

   bibliothèque NextModerne:Les podcasts Ecouter, s'abonner, créer                        

Franck Dumesnil,  Editions Eyrolles, 2006

Cet ouvrage vous permettra de maîtriser l’univers des podcasts et vous accompagnera dans la réalisation et la mise en ligne de votre première émission.

Quelques mots de l’auteur

Denis Failly – La bibliothèque NextModerne, Franck Dumesnil« Franck Dumesnil, existe t-il des fondamentaux en terme de stratégie de référencement de podcast que vous souhaiteriez nous rappeler ?« 

Franck Dumesnil – « 
Le podcast ne se référence pas de la même manière que le texte. Google indexe des pages web en allant scruter le contenu textuel. Le référencement de l’audio et de la vidéo ne suit pas le même modèle algorithmique. Pour référencer un podcast il y a deux méthodes.

La première est le référencement via tags ID3 et la catégorisation manuelle du contenu sur un portail de type Yahoo ! comme podemus, yahoo podcasts ou dkpod. Cette méthode parse votre fil RSS et vous demande de la classer dans une succession de catégories et sous catégories.

L’autre méthode se fait en soumettant l’url de votre podcast sur des moteurs de recherche spécialisés en reconnaissance vocale comme podscope.com ou podzinger.com qui indexent les contenus audios que vous lui soumettez.

Afin de bien référencer votre podcast il est aussi indispensable que votre flux rss de norme 2 (NDLR: ou RSS 2.0 acceptant les flux multimedia) soit compatible avec les tags de chaque plateforme. C’est le cas par exemple pour le référencement sur iTunes qui impose des tags spécifiques Pour cela rien ne vaut l’utilisation du service de Feedburner qui vous aide à générer votre fil RSS et à le valider.
Enfin, pour garantir un référencement optimal il serait utile de proposer une version texte de votre podcast pour l’indexation dans google. Peu d’outils , essentiellement manuels, existent qui permettent de transcrire de l’audio en texte comme celui de Casting words.
Vous devrez donc transcrire vous-même votre audio mais c’est en général le contraire qui se produit car comme dans une émission de radio le podcasteur doit réécrire souvent le texte qu’il s’apprête à lire. « 

Denis Failly – A l’instar des blogs, a t – on quelques données chiffrées sur l’utilisation du Podcasting ?

Franck Dumesnil – « Je vais vous citer quelques exemples de la fréquentation de podcasts phares. Twit.tv, l’émission animée par le charismatique leo Laporte, un podcast hebdomadaire sur l’actualité des nouvelles technologies a enregistré quelques 7 millions de téléchargements mensuels.  PhotoshopTV.com, un videocast de formation et d’actualité sur le logiciel photoshop d’adobe a quant à lui, été téléchargé plus d’un million de fois sur un mois.
Enfin mommycast.com, une émission audio réalisée par deux mères de famille sur des sujets liés à la vie de famille réalise une moyenne de 500.000 téléchargements par mois.

En France, les audiences sont beaucoup plus faibles. 100.000 téléchargements pour le videocast de Karl Zéro suite à la publication d’une émission sur son videoblog correspond au top download des vidéocasts made in France. Je ne parle pas ici des podcasts des radios et TV traditionnelles (Radiofrance, RTL, LCI, Europe1 ..) qui font les plus grandes audiences mais qui, si l’on en croit le concept de la longue traîne, ne représentent qu’un nombre restreint de podcasts. Les podcasts amateurs feront certainement des audiences bien plus importantes dans quelques temps en France et en Europe comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis.

Enfin une chose notable est que 80 % des podcasts ne sont pas synchronisés avec un baladeur. Ils sont donc essentiellement écoutés en streaming sur les blogs ou téléchargés et écoutés sur un ordinateur en local. En terme de stratégie il convient pour l’instant de cibler en priorité l’écoute en ligne. »

Denis FaillyEst-il possible de « tagger » un passage spécifique (une plage) d’un podcast ?

Franck Dumesnil –   « « Tagger » un podcast signifie rendre possible la navigation de chapitre en chapitre afin d’accéder directement au contenu que l’on souhaite. Parmi les formats qui permettent du faire du chapitrage il y a le format AAC (Advanced audio codec) utilisé par Quicktime d’Apple, la partie audio du format mpeg4 format chapitrable pour la vidéo. Pour chapitrer un podcast audio sous Mac on utilisera le logiciel ChapterToolMe et pour PC on peut utiliser Divicast, un récent service en ligne qui donne le résultat suivant http://www.lespodcasts.com/news/43.shtml  . Le principe est d’associer un fichier audio et un fichier de description xml qui intégre les tags de chapitrage. »

Denis Failly – Si le « taggage » tel que décrit dans la précédente question est possible, peut – on envisager de créer cette fois un nouveau podcast à partir des plages (audio ou vidéo)  précédemment « taggées » dans le podcast d’origine ?

Franck Dumesnil – « Cela signifirait que l’on puisse créer un podcast dont certains chapitres puissent être reliés à des chapitres d’autres podcasts. Appelons cela un « méta » podcast. C’est en effet possible à condition de construire un fichier xml qui puisse encapsuler plusieurs podcasts chapitrés. Je ne peux pas vous donner d’exemple à ce jour. »

Denis Failly Peut – on rendre « podcastable » automatiquement et sous forme audio, les billets d’un blog qui par définition sont d’abord textuels ?

Franck Dumesnil – « Oui, prenez par exemple le cas du blog coll
ectif Agoravox, il fournit un lien RSS d’abonnement aux textes enregistrés avec la technologie vocale readspeaker. En vous abonnant à ce fil vous recevrez alors les contenus sous forme de voix de synthèse. Le logiciel Autocast quant à lui permet de fabriquer une succession de fichiers mp3 à partir d’un fil RSS de contenus exclusivement textuels. »

Denis FaillyQuelles sont les pistes actuelles d’évolution du Podcast ?

Franck Dumesnil – « Le podcast va pénétrer la sphère professionnelle. Par exemple une entreprise pourra proposer via un service premium une newsletter audio ou  vidéo synchronisable automatiquement avec l’ipod de son client et permettra ainsi aux cadres de consulter les informations qu’ils n’ont pas le temps de suivre sur les supports papiers, mails ou écrans et ce dans le TGV, dans l’avion ou la voiture.
Dans le domaine de la formation, de l’éducation, du coaching, le podcasting devrait avoir un impact important. La stratégie d’iTunes avec iTunes University et quelques partenariats via HEC ou l’université de Lyon donne quelques perspectives d’évolution.
Quelques cas actuels dans le domaine de la recherche d’emploi pourraient s’étendre par analogie à l’immobilier ainsi qu’au e-commerce pour par exemple être informé des résultats sur une requête ou sur une recherche spécifique. Enfin, cela ouvre le champ de la création de contenu et de self-média. Le RSS a eu pour conséquence une spécialisation des contenus. Les utilisateurs via leurs pages personnelles netvibes-like vont s’abonner à des thématiques très ciblées.
Il y a des niches pour fournir du contenu que les médias traditionnels ne pourront pas fournir. L’avenir et le business du podcast sont en partie dans la création et la production de bouquets de contenus de niches accessibles à la demande. »

Denis Failly – Merci Franck

 

Les Blogs de Franck Dumesnil :

Le blog autour du livre

Blogperformance

Toute l’actu du Webcasting

Bio: Franck Dumesnil est consultant. Il est le créateur de Blogperformances. Il produit et héberge des podcasts pour les entreprises qui souhaitent développer leur audience sur le Web. Il anime aussi des conférences et des tables rondes à destination du monde professionnel sur les enjeux des nouvelles technologies.

Le nouveau pouvoir des internautes

la bibliothèque NextModerne, Le nouveau pouvoir des internautes,François Xavier Hussherr interviewé par Denis Failly

Quelques mots d’un des auteurs

Denis Failly – Francois Xavier Hussherr, en tant que professionnel de l’étude des comportements des Internautes, pouvez – vous nous rappeler brièvement les grandes caractéristiques (profil, usages…) de l’Internaute d’aujourd’hui ?

Francois Xavier Hussherr – la bibliothèque NextModerne, François Xavier Hussherr« Aujourd’hui un français sur deux de 11 ans et plus est internaute, c’est à dire plus de 26 millions. L’internaute français n’est plus seulement un passionné d’informatique mais il est de plus en plus un français comme les autres. Le profil de l’internaute moyen se rapproche du profil du français en général notamment grâce au développement de l’ADSL depuis 2003. Ainsi, on note en 2005 une progression de l’accès à Internet chez les CSP- et les femmes qui rejoignent de plus en plus les CSP+ et les hommes, jusque là plus avancés sur le sujet. Aujourd’hui, 84% des internautes depuis le domicile sont connectés en haut débit. Mais la fracture numérique demeure puisque seulement 38% des foyers français avaient accès à Internet fin 2005 et que l’on sait que tous les individus d’un foyer équipé d’Internet ne se servent pas des outils à leur disposition. C’est pour cela que les droits d’auteurs du livre « Le Nouveau Pouvoir des Internautes » écrit avec Cécile Hussherr et Marie-Estelle Carrasco iront à des associations travaillant sur le sujet. »

Denis Failly – «  De ce nouveau pouvoir des Internautes , objet de votre ouvrage, quels sont les éléments les plus remarquables ? »

Francois Xavier Hussherr – « Ce qui est le plus marquant, je pense, c’est la formidable capacité des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) à rassembler plus de personnes et à les fédérer plus rapidement autour d’un projet commun, qu’il soit personnel ou social. Nous avons commencé cet ouvrage en faisant le constat, lucide, de la sinistrose actuelle. Mais, dès la seconde partie, nous avons tenu à livrer au lecteur une sélection des nombreux exemples de création de chaleur et de valeur permis par les NTIC que nous voyons chaque jour en tant qu’Internautes et que professionnels du numérique. Le plus remarquable a été pour nous la facilité à trouver des exemples et ce dans de nombreux domaines (santé, éducation, etc.). Il était important pour nous de rappeler que sans un retour à des valeurs plus positives comme l’espérance et la confiance, nous ne pourront pas aborder les changements inéluctables qui se préparent en France. »

Denis Failly – « Croyez – vous au « point de bascule » apte a bouleverser en profondeur et durablement les fondements (modèles ?) des grands systèmes actuels (Média, Producteur, Distributeur, Politique…) ? »

Francois Xavier Hussherr – « Je ne crois pas en une rupture brusque. Dans l’Histoire le changement est une constante, il a toujours existé. Pensons aux changements fondamentaux qui ont suivi les découvertes de Copernic ou Newton … . La seule différence actuellement c’est la vitesse avec laquelle le changement arrive. On contaste une accélération prodigieuse du changement voire proprement vertigineuse, même pour ceux qui comme moi travaillent dans les nouvelles technologies depuis plus de 10 ans. Je me rappelle encore des tous premiers modems à 28 kb/s.

Tous les modèles que nous connaissons vont donc être amenés à changer. Mais là encore, il faut savoir prendre du recul. Pour passer à une massification de l’accès Internet en haut-débit il a fallu 6 ans. Tout n’est donc pas pour demain. En revanche il est clair que sur un horizon de 5 à 10 ans les modèles vont être amenés se transformer en profondeur. Cela est vrai dans les NTIC avec le développement des offres quadruple play, dans le domaine du logiciel libre où une économie est en train de naître avec des acteurs comme Redhat qui a maintenant un business model reconnu. Des modèles économiques se créent, d’autres se transforment ce n’est parce le logiciel libre se développe que Microsoft va disparaître. Les acteurs en place changent aussi leur modèle pour s’adapter. Pour reprendre notre exemple précédent, Microsoft ouvre depuis peu une partie d’une partie de ses codes source (API). Au final, les modèles de Redhat et Microsoft vont peut-être converger à horizon 5 ans.

Nos institutions vont pouvoir aussi se renouveler avec Internet. La démocratie va par exemple pouvoir devenir plus participative avec le développement de l’Internet 2.0. Des collectifs d’internautes se sont ainsi créés fin 2005 et début 2006 pour envoyer des propositions d’amendements dans les boites mail de nos députés, c’est une première. Les français internautes vont sans doute être de plus en plus consultés également. »

Denis Failly – « La création et le partage abondant de connaissances, de ressources…, la volonté de faire liens, l’envie d’une d’Intelligence collective / connective, la quête de modèle alternatifs plus humanisants (auto / co – production, système de troc, open money…) ne renverse t-il pas et jusqu’où, certaines perspectives du modèle capitaliste fondées notamment sur la rareté… ? »

Francois Xavier Hussherr – « Non je suis économiste de formation et je constate que le capitalisme a toujours su d’adapter au différentes étapes de l’histoire humaine. En revanche, l’ultralibéralisme que l’on connaît dans tous les pays actuellement va sans doute disparaître dans 5 à 10 ans pour laisser place à un capitalisme numérique. Certaines ressources vont rester rares (comme le pétrole ;:)) ) par exemple; d’autres ne le seront plus. Mais ce n’est pas parce les codes source d’une application sont d’un accès gratuit qu’il ne faudra pas payer Redhat ou Capgemini (cf leur récent contrat avec le ministère des finances) pour maintenir des systèmes informatiques. Je suis d’accord avec vous que le capitalisme qui va émerger sera, il me semble, plus humaniste. La logique de toujours plus de profit n’est pas tenable sur le long terme. Lorsque une entreprise aura atteint 7% de rentabilité, puis 10% puis 15%, il y a un moment où elle va atteindre un seuil où pour ce maintenir elle aura besoin d’investir dans l’humain et dans les compétences.« 

Denis Failly – « Francois Xavier Hussherr, je vous remercie »

Le site du livre

 

Bio : Agrégé en économie et en gestion puis docteur en marketing, François-Xavier Hussherr travaille depuis plus de dix ans dans le secteur des nouvelles technologies. Tour à tour chercheur à l’université du MIT (de 1996 à 1998), responsable des études et de la recherche chez Voila, puis directeur adjoint du pôle business de Wanadoo Portails, il est actuellement directeur général de l’activité Internet et Nouveaux Médias de Médiamétrie, spécialiste de la mesure d’audience.

Les Wikis

La bibliothèque NextModerne, Les Wikis, interview de Jérôme Delacroix par Denis Failly
Jérôme Delacroix, M2 Editions, 2005

Quelques mots de l’auteur, Jérôme Delacroix.

Denis Failly« Jérôme Delacroix, pouvez-vous nous dire ce qui a présidé à l’écriture de ce livre ? »

Jérôme Delacroix La bibliothèque NextModerne, Jérôme Delacroix – « En tant que journaliste spécialisé dans les questions technologiques, je m’intéressais depuis un moment à la coopération sur Internet. J’étais sensible au fait que la généralisation du Web permettait à des individus isolés de coopérer à grande échelle, ce qui permettait d’obtenir des résultats, ce qui produisait des effets, inimaginables auparavant. Je pense notamment aux échanges de fichiers peer-to-peer et aux grilles de calcul. Ce qui a présidé à l’écriture des « wikis », c’est cet intérêt et aussi le hasard ! Alors que je faisais des recherches sur ces thèmes, je suis tombé sur Wikipédia, début janvier 2004. J’ai été immédiatement impressionné par le potentiel de ce site, ce que cela signifiait en termes de co-construction de la connaissance. Là, cherchant des informations sur ce sujet, sur les wikis en général, j’ai constaté qu’il n’y avait aucune littérature francophone sur le sujet. Puisqu’il n’y avait pas de livre sur le sujet en français, j’ai relevé le défi d’en écrire un ! »

Denis Failly« Quelle est la thèse principale de votre ouvrage ? »

Jérôme Delacroix – « Mon livre n’est pas un livre qui défend une thèse, il adopte plutôt une démarche journalistique de description d’une réalité et de vulgarisation. Ce que je voulais, c’est créer une référence pour tous ceux qui s’intéressent au sujet, et aussi pour les simples curieux, pour populariser le concept. Mais l’idée que personne ne sait tout et que chacun sait quelque chose, pour paraphraser Pierre Lévy, est une idée qui me plaît bien car elle rend hommage à la valeur de chaque individu et le responsabilise aussi. Je dirais pour ma part que personne ne peut tout mais que chacun peut quelque chose, notamment dans le domaine politique. Oui, c’est sans doute cette idée-là qui porte l’ouvrage et qui a été ma motivation principale.

Denis Failly« Quelles sont les perspectives envisageables pour les Wikis? »

Jérôme Delacroix – « Les enfants qui découvrent Internet aujourd’hui considèrent comme tout naturel de poster des messages sur des forums, des commentaires sur des blogs, voire de participer à des wikis. Demain, les internautes se demanderont comment, à une certaine époque, on a pu se contenter de surfer sur le Web comme on effeuille un journal, au lieu de vouloir écrire dedans. Les wikis s’inscrivent dans cette dynamique du Web participatif, en y ajoutant (normalement) la notion de coopération : sur un wiki, on fait quelque chose, on construit un projet, ce n’est pas seulement un espace de discussion. Je crois donc que les wikis ont un potentiel important dans les entreprises, les associations, tous les groupes humains fédérés autour d’un projet. Bien sûr, la question de l’ergonomie est loin d’être réglée : elle est essentielle pour l’adoption des wikis par le grand public.

Denis Failly – « Je vous remercie »

Le site de Jérôme Delacroix

 

Bio : Jérôme Delacroix, trente ans, est passionné pour les nouvelles technologies et leurs liens avec la société. Après plusieurs années dans le conseil en organisation, il a décidé de se consacrer à la communication et à la vulgarisation technologique.  » Blogueur  » et  » wikiste  » invétéré, il est un participant actif du phénomène de la coopération sur Internet. Il est le créateur de Coopératique une société spécialisé en management coopératif.