Bernard Girard – Vision 2007

medium_cubepetit.10.jpg

« Il sera surtout intéressant de voir comment les entreprises qui s’en inspireront  [ modèle Google] le feront évoluer, l’adapteront à leur métier, à leur environnement;.. »

 

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
2006 aura été, pour moi, l’année de l’écriture (et de la publication) d’un livre sur le management chez Google (http://www.mm2editions.com/ fr/google.shtml)qui m’a permis de faire le point sur des méthodes qui seront appelées à se développer dans les années qui viennent dans des entreprises de tous métiers et de toutes tailles.

medium_bgirard.jpgL’accueil que ce livre a reçu auprès de ses premiers lecteurs, les réactions lors des conférences et colloques auxquels j’ai participé montrent que ces méthodes répondent, au delà de leur efficacité avérée, à une attente des salariés, surtout des plus jeunes et des plus diplômés.

Non seulement les dirigeants de Google (et ceux des quelques entreprises qui ont développé des méthodes comparables) ont su trouver des solutions pour résoudre ses problèmes mais ils ont su inventer un modèle qui fait rêver et donne envie de travailler. Il y a sans doute dans tout cela une part  d’illusion, la vie chez Google n’est pas forcément moins stressante qu’ailleurs, les contraintes professionnelles n’y sont pas plus faibles, mais ses dirigeants ont su créer un pacte avec leurs collaborateurs qui repose sur le respect, la reconnaissance et l’intérêt dans le travail, toutes valeurs que les générations qui arrivent aujourd’hui sur le marché du travail demandent avec une force toute particulière.

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine (métier, expertise, marché…) ? »
2007 confirmera la puissance de ce modèle. On la saisira d’autant mieux que les entreprises concurrentes qui se sont construites sur des modèles plus classiques, comme Yahoo! sont  confrontées à des difficultés. Ce modèle a tant évolué ces dernières années, qu’on ne peut exclure de nouvelles évolutions, je pense notamment à la politique de développement des produits, à ce que j’ai appelé le couteau suisse. Mais ces innovations seront sans doute marginales au regard de ce qui déjà été réalisé.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »

Il sera surtout intéressant de voir comment les entreprises qui s’en inspireront le feront évoluer, l’adapteront à leur métier, à leur environnement. Rares seront sans doute celles qui s’en inspireront complètement, mais beaucoup lui emprunteront des éléments. Trois domaines me paraissent, de ce point de vue, particulièrement prometteurs : les ressources humaines, la politique de développement des produits nouveaux et la publicité. Et j’invite ceux que cela intéresse à consulter régulièrement le blog que j’ai créé autour du livre (Googlemanagement.tv),

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
… blog que je vais continuer d’animer pendant tout 2007 pour mieux  suivre des évolutions qui, je l’ai dit à plusieurs reprises, me paraissent aussi importantes que celles qu’ont initiées en leur temps Ford ou Toyota

Bio ; Bernard Girard est Consultant en Mangement et l’auteur du livre « Une révolution du Management : le modèle Google »

 

Alban Martin – Vision 2007

medium_cubepetit.11.jpg

« Mon espoir serait de voir éclore de véritable maison de musiques, plutôt que des maisons de disques. …La transformation de la filière musicale en co-créateur d’expériences musicales uniques est la révolution attendue pour 2007 »

 

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
L’année 2006 fut, pour la musique en ligne, une année assez chahutée par le contexte législatif, notamment dans le premier semestre 2006. Par contre, certaines initiatives sont venues colorer le second semestre, telles que les projets de distribution de musique gratuite avec l’alliance Universal-Spiralfrog ou de clips vidéos sur Youtube. Donc je dirais que l’année a été Jaune, par oppoAlban MARTINsition à Orange ou Rouge.

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? » 
Pour 2007, j’anticipe l’envol de Myspace avec la vente de musique sur ce site comptant 140 millions d’inscrits et près de 3 millions de groupes. J’anticipe également quelques annonces fortes autour de l’alliance google et youtube, notamment dans le domaine des clips vidéos et de la monétisation de l’audience. Enfin j’imagine un rapprochement encore plus poussé entre les éditeurs de logiciels (apple, microsoft, roxio, real etc…) et les majors musicales: alliances? partenariats? prise de capital croisé? rachat?

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Mon espoir serait de voir éclore de véritable maison de musiques, plutôt que des maisons de disques. Je pense qu’on en prend le chemin, il suffirait d’accélerer le mouvement. La transformation de la filière musicale en co-créateur d’expériences musicales uniques est la révolution attendue pour 2007. Ma crainte serait de voir se tournant encore repoussé, et entravé par des questions juridiques.

 
« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Mes projets à long terme vont se concentrer sur l’écriture, d’un troisième livre, sur la manière dont les nouvelles technologies peuvent être un allié viable et puissant pour les règles démocratiques…mais chut, c’est un secret, et ce n’est pas avant 2010…

Bio : Alban Martin est diplômé d’HEC et à effectué un séjour aux USA à l’Université du Michigan (deuxième année de MBA) qui lui a permis de rapporter quelques idées innovantes de modèle économique participatif.
A l’issue de ses études il rédige un mémoire consacré aux nouveaux modèles de co-création de valeur intitulé « Internet and the New Technologies : Threat or Opportunity for the Entertainment Industry? » qui lui vaudra le prix de la fondation HEC en 2004.
Ce mémoire donnera lieu à publication chez Publibook sous le titre « The Entertainment Industry is Cracked, Here is the Patch ! ».

Plus récemment Alban Martin est l’auteur de « L’Age de peer, quand le choix du gratuit rapporte gros » 

Marc Halevy – Vision 2007

medium_cubepetit.12.jpg

« les institutions et les grandes entreprises demeureront totalement sourdes aux SOS que lancent les prospectivistes. Elles continueront à cautionner le scénario catastrophe et à sacrifier au moins une génération… »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ?
Arc-en-ciel … Année très contrastée. Plutôt satisfaisante du point de vue des activités, plutôt inquiétante quant aux évolutions socioéconomiques tant en Europe qu’ailleurs.
2006 s’est complu à me donner malheureusement raison quant à mes prévisions les moins optimistes (cfr. mes ouvrages « L’entreprise réinventée » de 2003 et « L’âge de la connaissance » de 2005).


« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »

Mon métier éMarc Halevytant la prospective, je ne m’attends pas à des évolutions majeures : les institutions et les grandes entreprises demeureront totalement sourdes aux SOS que lancent les prospectivistes. Elles continueront à cautionner le scénario catastrophe et à sacrifier au moins une génération. La politique de l’autruche restera la stratégie dominante. Le « panem et circenses » restera la préoccupation majeure des masses.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
L’année 2007 devrait être la première d’une décennie calamiteuse auprès de laquelle la « grande crise de 1929 » paraîtra banale. L’occident sort de son déclin lent pour entrer dans sa rupture radicale. Le modèle socioéconomique moderne (humanisme, capitalisme, mercantilisme, démocratisme, rationalisme, scientisme, progressisme) est arrivé à son terme et s’effondre.
La bulle spéculative américaine sur l’immobilier va bientôt éclater avec pour conséquence une dévaluation de 30% du dollar et la banqueroute d’une bonnes parts des ménages américains. La Chine cessera de financer la dette américaine. L’Europe sera incapable de sortir de ses fantasmes socio-démocrates. Les pénuries fondamentales (talents et compétences, eau, espace, biodiversité et noodiversités, pétrole bon marché, etc …) s’accéléreront.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Mon projet pour 2007 est de consacrer l’été à écrire une suite à mon « Âge de la connaissance ». Elle s’intitulera probablement : « Croissance et décroissance – Vivre autrement ».

 

Bio : Ancien élève d’Ilya Prigogine, Marc Halévy est polytechnicien, ingénieur nucléaire et docteur en sciences appliquées. Président du Groupe Maran (Accompagnement stratégique et managérial) et de l’Institut Noétique Europe (prospective et économie de la connaissance), il enseigne la « théorie des systèmes complexes » à l’Institut des Hautes Études de Belgique (ULB) et dans d’autres institutions. Marc Halévy est également l’auteur de Le grand virage des managers – L’entreprise réinventée (Editions Namuroises, 2003) et plus récemment de L’Age de la Connaissance – Principes et Réflexions sur la révolution noétique au 21ème siècle

Bernard Cova – Vision 2007

«  »… le marketing, en quittant sa position fondamentaliste, devra prendre en compte l’Autre, le consommateur, non en apprenant sur lui mais en apprenant de lui, de son expertise, de ses expériences… »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Dans le domaine de la consommation et du marketing, 2006 a pris les couleurs du Customer Made. Le management nous a habituéBernard Cova à sortir régulièrement de nouveaux mots d’ordre qui excitent et passionnent les responsables d’entreprise l’espace d’une saison. Le ‘tube’ managérial de 2006 a fait du consommateur un producteur et ceci pour le plus grand bien de l’entreprise : les consommateurs aujourd’hui seraient la source la plus intéressante d’idées originales de nouveaux produits et de nouvelles publicités et les managers n’auraient qu’à se pencher pour ramasser ces idées et ceci, de plus, gratuitement. Avec de tels arguments, ce nouveau mot d’ordre a une chance de se faire une place au Panthéon des nouvelles panacées managériales. A y bien regarder, cette approche n’est pas dénuée de fondements et colle bien aux dernières évolutions de la consommation, mais la mettre en œuvre n’est pas si simple pour les entreprises et requiert de bien différencier les possibilités offertes par le Consumer Made qui toutes reposent sur l’idée de co-création mais avec des degrés d’implication du consommateur et des périmètres d’action différenciés. A ce titre, l’épisode Diet Coke-Mentos a marqué l’année 2006 : des centaines de vidéastes amateurs ont inondé Internet avec une expérience inédite,  mettre des pastilles de Mentos dans des bouteilles de Diet Coke ce qui provoque instantanément une espèce de geyser pouvant aller jusqu’à 5 mètres de haut. Coca-Cola a réagi vivement aux vidéos présentant différentes versions de cette expérience en en déniant la possibilité, puis a souhaité que ses consommateurs prennent plus de plaisir à boire le Diet Coke qu’à faire ce type d’expériences. Mentos, de son côté, a estimé que cette action virale non programmée équivaudrait à l’impact d’une campagne de publicité de 10 millions de dollars et a capitalisé sur ce phénomène viral en créant le Mentos Geyser Video Contest (http://www.mentosgeysers.com/). Mais, Coca-Cola après avoir expliqué que l’expérience ne correspondait pas à la personnalité de la marque et à la stratégie marketing définie vient de faire volte-face et de signer un accord avec un des meilleurs vidéastes amateurs. Aujourd’hui, les deux entreprises travaillent avec les initiateurs de ces vidéos : ces derniers ont donc imposé leur pouvoir à ces entreprises même si l’une d’entre elles, Coca-Cola, y était très réticente.

« Comment voyez vous 2007, quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Je pense que 2007 continuera à être placé sous le signe du Customer Made et que l’on arrivera à préciser ses dimensions et donc les expertises nécessaires pour chacune d’entre elles. On devra distinguer ce qui relève de la contribution et la coopération, c’est-à-dire la co-création de l’offre au travers de l’implication du consommateur dans la définition des produits et des variables du mix marketing, de ce qui relève de la customization et de l’appropriation, c’est-à-dire la co-création de l’expérience au travers de l’implication du consommateur dans la production de son vécu avec l’offre de l’entreprise. De même on devra distinguer entre la co-création faite avec des lead-users souvent regroupés en petites communautés de passionnés et la co-création faite avec la masse des simples consommateurs. Le croisement de ces deux dimensions permettra d’identifier quatre types de stratégie de co-création censés répondre aux enjeux qui tous impliquent une partie de Consumer Made : co-innovation, co-promotion, co-production et co-détermination des besoins. Dans les approches de co-innovation, l’entreprise implique des lead users ou des communautés de passionnés dans le processus de conception de nouveaux produits ou services. Avec la co-promotion, l’entreprise implique, le plus souvent par des concours, un ensemble large de consommateurs pour qu’ils produisent les visuels ou les films des prochaines campagnes publicitaires. Dans la co-production, il ne s’agit plus là, pour le consommateur, de contribuer de manière générale au design ou à la publicité d’un produit ou d’une marque mais de participer à la réalisation de son expérience de consommation. Pour cela l’entreprise développe des moyens lui permettant de customizer son offre notamment au travers de plates formes de self-serving (plus que de simple self-service). Dans les approches de co-détermination, il s’agit pour l’entreprise de favoriser le développement d’identification croisée des besoins entre l’entreprise et les lead users. L’entreprise exprime ce qu’est sa stratégie  et ce que sont ses axes de développement et les consommateurs expriment ce dont ils rêvent ou ce qu’ils aimeraient voir développer.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
J’espère que cela obligera le marketing à une véritable révolution, et j’espère ne pas galvauder ce mot, si souvent utilisé pour des changements insignifiants en marketing. Alors que l’idée de connaissance du consommateur est centrale au marketing, elle n’est souvent comprise par les marketers que dans un sens restreint et manipulateur, selon moi : tout connaître sur le consommateur pour le satisfaire et ainsi le fidéliser. Rarement, l’idée que le consommateur ait des connaissances qui puissent être intéressantes pour l’entreprise est mise en avant. C’est pourtant de cela qu’il s’agit : le marketing, en quittant sa position fondamentaliste, devra prendre en compte l’Autre, le consommateur, non en apprenant sur lui mais en apprenant de lui, de son expertise, de ses expériences… Ma crainte est que l’on tende à vouloir appliquer ces approches à tous les cas (effet de mode) alors que tous les consommateurs ne recherchent pas la participation et même, dans certains cas, la fuient ! On parle ainsi (et déjà !) de “Consumer Fatigue” pour évoquer un ras le bol de certains consommateurs vis-à-vis des sur-sollicitations de co-création.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Après l’ouvrage « Consuming Experiences » qui vient de sortir chez Routledge et qui met en avant le rôle actif du consommateur dans la production de son expérience de consommation et ce dans des domaines très divers (cuisine, sport, musique…), je prépare pour 2007 un ouvrage à paraître chez Butterworth-Heinemann intitulé « Consumer Tribes » qui fera le point sur la tendance croissante des communautés de consommateurs à devenir de vrais acteurs économiques au même titre que les entreprises et donc des concurrents pour ces entreprises. C’est ainsi le cas de la communauté des passionnés regroupés autour de Firefox
Mozilla qui est un projet dit d’open source auquel ont contribué plus de 1000 lead users dans la définition de ses codes et qui a vu 10 000 volontaires participer à son marketing (voir le site Spread Firefox). Certains de ces volontaires se sont même cotisés pour acheter une page de publicité pour Firefox dans le New York Times.

 

Bio :  Bernard Cova est Directeur du Laboratoire Savoir Sud et Professeur ESCP-EAP, il enseigne ou a enseigné aussi à l’universite L.Bocconi de Milan, l’EAP Paris… les thèmes de ses écrits et Recherches gravitent notamment autour de l’Ethnosociologie de la consommation, les Comportements collectifs (communautés, tribus) la Régression et la quête d’authenticité, la Pensée méridienne appliquée au management.

Bernard Cova est l’auteur du livre « Innover en Marketing, 15 tendances en mouvement »

 

Oleg Curbatov – Vision 2007

medium_cubepetit.13.jpg

« je vais prendre une métaphore de « Matrix » : deux parties « Matrix basique 1» et « Matrix reloading et revolution 2», et c’est tout ! Le web 2.0 doit être à la fois « reloading et revolution. »;.. »

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
De couleur « mauve » qui m’a donné une certaine créativité, sincérité et continuité pour développer le  Marketing ». LOleg Curbatova couleur qui se marie bien avec d’autres couleurs et approches comme l’ingénierie organisationnelle et le knowledge management, le marketing de procuration et le customer empowerment, etc. ; cette diversité multi-colorante des approches m’a amené à voir tout dans l’unité complexe des compétences émergentes.
Des rencontres intéressantes et collaboratives, des amitiés et des amours qui m’ont croisé au moment où je ne m’y attendais pas et qui ont débouché sur des projets passionnants et des publications ayant davantage de maturité et de réflexion, notamment chez Nextmodernity. Le nouveau programme d’enseignement du Knowledge Marketing dans les universités et au sein des entreprises et des institutions publiques.

« Comment voyez – vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
« Tout d’abord le « Knowledge Marketing 2.0 » qui soutiendra le modèle socio-économique du web 2.0 dans une perspective « intelligence DU client ». Nous en avons parlé dans une première approche dans a perspective d’intégrer les connaissances, les compétences des clients dans les activités et la chaîne de valeur d’entreprises. Maintenant nous nous immergeons dans une phase supérieure sans négliger la participation du consommateur, lui permettant de créer des expériences intelligibles et d’apprendre en utilisant des compétences extérieures, de devenir un vrai expert, d’accepter les contradictions, de conquérir l’« inconnu », de détourner le « connu » en « nouveau », de le partager et de réagir au sein des communautés, d’élaborer les scénarios et de les mettre en pertinence dans leur blogs, dans les propositions d’offres par les entreprises, de se battre contre des illusions souvent imposées par certains acteurs économiques et politiques, etc. »

 « Quelles sont  vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
« Mon espoir est de pouvoir défendre l’économie et l’Etat Français fondés sur la connaissance et l’intelligence des acteurs économiques et politiques. La crainte est toujours liée à la multiplication extrême et inutile des approches socio-économiques. C’était le cas avec le marketing (jusqu’au 200 approches) et puis le regroupement sous 15 tendances majeures par Louyot-Gallicher et Cova en 2006 (voir le schéma). Aujourd’hui il a y déjà pas mal de polémiques vis-à-vis du web 2.0, comme 3.0…etc !  Je vais prendre une métaphore de « Matrix » : deux parties « Matrix basique 1» et « Matrix reloading et revolution 2», et c’est tout ! Le web 2.0 doit être à la fois « reloading et revolution », c’est à dire assurer l’appropriation des acquis et assurer leur continuité, c’est la même chose pour le Knowledge Marketing ! Je pense que l’intelligence des acteurs va rétro-agir ici sur la perspective l’intelligence elle même, c’est-à-dire qu’il va falloir choisir l’essentiel pour pouvoir progresser dans le bon sens, et cela est mon espoir pour 2007 ! « 

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
« Oui, le projet de « Customer Empowerment » et de « Knowledge Marketing » qui est mené actuellement au sein de R&D EDF suite à l’étude Delphi « Perspective du Marketing relationnel à l’horizon de 2015 » et qui doit être achevé bientôt. Je félicite les collègues d’EDF et ses partenaires autour de ce projet pour ce développement ! Puis, un projet tutoré sur la méthode opérationnelle du « Knowledge Marketing » en 2007 avec les étudiants de TC de l’IUT de Saint-Denis qui permettra de valoriser les acquis et d’élargir la perspective 2.0 ! »

 

Bio : Oleg Curbatov est enseignant chercheur en Marketing à l’Université Paris 13, il est l’auteur d’une thèse sur le Knowledge Marketing

François Laurent – Vision 2007

medium_cubepetit.14.jpg

« …que demain, les consommateurs retrouvent – mutatis mutandis – les produits de leurs souhaits dans les rayons des grandes surfaces avec un petit sigle pour souligné qu’ils ont participé à leur élaboration. »

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
« Mon problème, pour vous répondre avec justesse, c’est que je suis… daltonien ! Je m’en suis même ouvert sur mon blog, et ça m’a permis de me faire des tas de copains de galère : normal, 10% des hommes sont daltoniens. Pas vous ? Etrange…
Sinon, je dirais que l’année a été plutôt chamarrée… pour ne pas dire bousculée ! Mais peut-être l’expérience qui m’a le plus marqué, c’est la découverte d’un groupe américain : Clap Your Hands Say Yeah. François LaurentUn peu comme leurs lointains cousins des Artic Monkeys, ils se sont hissé au sommet des hit parades simplement parce que les internautes ont aimé leur musique et l’on promu de blog en blog.
Et en plus, leur musique possède une fraîcheur qui manque aux britanniques !
Clap Your Hands Say Yeah, ou les Artic Monkeys, c’est l’émergence d’un No Marketing que les businessmen américains prennent très au sérieux – enfin certains ! C’est surtout l’idée que non seulement les citoyens ont repris le pouvoir et que certains marketers se découvrent soudain débordés et impuissants.
La musique, mon domaine de compétence ? Bien sûr : des centaines de disques à la maison, vinyles et CD, des premiers Soft Machine au premier opus des Raconteurs. Pour moi, vivre le marketing, ce n’est pas simplement réfléchir sur des séries de chiffres, c’est aussi se comporter comme un simple citoyen… comme un autre. »

« Comment voyez-vous 2007, quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine  ?« 
2007 sera en France une année politique majeure… alors on verra fleurir du buzz politique, du commentaire politique sur le Web, et les cartes de la blogosphères seront politiques. Pendant ce temps, des gens comme vous et moi prendront des initiatives, que bien évidemment les commentateurs avisés – marketers, businessmen et autres journalistes – ne verront pas vraiment, faute de regarder dans la bonne direction. Ce que seront ces initiatives ? Je n’en sais rien, mais ça va fourmiller de partout… comme en 2006, d’ailleurs. Le commerce va se réveiller avec des milliers de français moyens en train de vendre et acheter – dans cet ordre là précisément – sur eBay ou ailleurs ; et les majors avec des artistes qui renonceront à enregistrer des CD pour se consacrer uniquement à la scène…
Ça, encore, on s’y attend, les signaux faibles ont été repérés ; pour les reste, il conviendra de scruter l’horizon avec la plus grande prudence : nous voici à l’aube d’une – de plusieurs – année formidable. »

« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
« Mes espoirs, c’est qu’émergent une multitude de projets les plus incroyables… et que cela fonctionne.
Mes craintes, c’est que les papys fassent de la résistance ; que plutôt de s’adapter à un monde en mutation, les businessmen se contentent d’un lobbying de bas étage pour entraver les citoyens.
Et comme 2007 est une année électorale majeure en France, on peut espérer le meilleur comme craindre le pire… mais heureusement, le reste de la planète ne se sent que très peu concerné par la scène politique française. »

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ? »
« J’ai une multitude de projets… je ne souhaite pas passer à côté des mutations en cours.
Mais il y en a un qui me tient particulièrement à cœur : il s’agit de WeAreTheMarket, un site de consommateurs citoyens que j’ai créé avec deux copains. Pas un grand truc, non : juste un petit site où les gens peuvent venir discuter des produits qu’ils souhaiteraient voir apparaître dans les linéaires… et où les marques pourront les rejoindre, venir discuter avec eux.
En fait, on souhaite simplement recréer la place du village d’hier où l’on apostrophait le cordonnier pour lui dire que le cuir de ses chaussures n’était pas de bonne qualité, et le pâtissier pour lui demander un gâteau avec plus de fruits pour les fêtes à venir.
Ce gâteau, on le retrouvait ensuite avec plaisir dans la devanture de l’artisan : ce que je souhaiterais, c’est que demain, les consommateurs retrouvent – mutatis mutandis – les produits de leurs souhaits dans les rayons des grandes surfaces avec un petit sigle pour souligné qu’ils ont participé à leur élaboration. »

 

Bio : François Laurent est Vice Président de l’ADETEM, Membre du Conseil Scientifique de l’Irep, président de la commission études de l’UDA.  et l’auteur notamment de « La grande mutation des marques high tech »

 

Pierre Levy – Vision 2007

medium_cubepetit.jpg« … La blogosphère, les wikis, le P2P, les jeux collaboratifs multi-joueurs en ligne et autres logiciels sociaux ont donné à des millions de gens un avant-goût de l’intelligence collective dans le cyberespace. »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ?»
1) Le principal événement dans mon activité a été la conception, la réalisation (avec plusieurs intervenants) et la mise en ligne du site www.ieml.org, qui contient notamment une première version, hautement hypertextuelle, du dictionnaire IEML ainsi que la première version d’un éditeur de graphes IEML. Plusieurs publications spécialisées m’ont également permis d’annoncer le projet à la communauté scientifique. 2006 est donc l’année de naissance d’IEML, après une quinzaine d’années de gestation.

2) En 2006, le WWW consortium a, lui aussi, lancé l’idée d’un « Common Web Language » pour résoudre le problème de l’interopérabilité sémantique, que les outils actuels du dit « Web sémantique » (XML, RDF, OWL) ne permettent pas de résoudre. Malheureusement, le groupe qui traite le dossier du common web language est fermé et son président ne répond pas aux mails. Cette opacité ne présage rien de bon :  elle suggère que le WWW consortium est en fait un groupe d’intérêts privés et qu’il ne pratique pas la transparence propre à la communauté scientifique, ce qui est particulièrement grave vu l’importance de l’enjeu. Mais j’espère me tromper sur ce point!

3) Finalement j’ai eu le plaisir d’assister à la création d’un centre de recherche sur l’intelligence collective au MIT. Bien que je n’aie pas décelé d’idées très originales dans leur site, l’événement est d’importance parce qu’il officialise et légitime à l’échelle internationale un champ de recherche orienté vers l’augmentation des capacité cognitives des groupes humains par un usage judicieux des ordinateurs en réseau. Par ailleurs, je vois avec plaisir se multiplier les propos, groupes de travail (dont celui de la FING), publications, blogs, centres de recherches et programmes d’enseignement consacrés directement ou indirectement à l’intelligence collective.  Je rappelle que mon ouvrage « L’intelligence collective » date de 1994, l’année où le Web venait juste de poindre son nez, et que cette expression – tout comme la philosophie sous-jacente – avaient été fortement critiqués à l’époque et dans les années qui ont suivi… Douze ans plus tard, l’intelligence collective commence à devenir une évidence, à la fois conceptuelle et pratique (le web 2.0).
 

«Comment voyez vous 2007, quelles évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine (métier, expertise, marché…) ? »
Si mon domaine est le développement des connaissances théoriques et pratiques sur l’intelligence collective, les choses bougent à une échelle qui n’est pas celle de l’année mais plutôt celle de la décénnie. La blogosphère, les wikis, le P2P, les jeux collaboratifs multi-joueurs en ligne et autres logiciels sociaux ont donné à des millions de gens un avant-goût de l’intelligence collective dans le cyberespace. Tout cela exploite les possibilités d’Internet (interconnexion entre ordinateurs) et du web (interconnexion entre pages). Il faudra sans doute encore plusieurs années avant que l’on se décide à passer à l’étape suivante, celle d’un adressage des concepts, au-dessus de l’adressage des ordinateurs (TCP-IP) et de l’adressage des pages et des liens (HTTP). En effet, ce n’est qu’à partir d’un adressage mathématique des concepts qu’il deviendra possible d’exploiter pleinement l’unification en cours de la mémoire humaine dans le cyberespace, d’observer de manière mesurable et réflexive les phénomènes d’intelligence collective et de maîtriser la gestion des connaissances.

 
«Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
2007 devrait voir plusieurs développements de l’initiative IEML.
1) Dès le mois d’avril, nous devrions disposer d’un wiki (le wikimetal, pour « wiki du métalangage ») qui permettra à diverses communautés de discuter la traduction de leurs terminologies en IEML. Lorsqu’un consensus aura été atteint sur le wiki, les nouveaux « mots » IEML (c’est-à-dire des adresses conceptuelles interprétées en langues naturelles) seront intégrées au dictionnaire de référence.
2) Une équipe internationale de spécialistes en informatique devrait commencer à programmer un moteur de recherche sémantique capable d’interroger des bases de données indexées en IEML. Il s’agit du labo de communication multimedia de l’Université d’Ottawa sous la direction de Abed El Saddik, du labo d’informatique cognitive de l’UQAM avec la participation de Daniel Memmi, d’une équipe du labo Paragraphe de Paris-8 sous la direction de Imad Saleh, d’une équipe brésilienne autour de la bibliothèque virtuelle en santé sous la direction de Rogerio Da Costa et des spécialistes américains des « Topic Maps » Michel Biezunski et Steve Newcomb.
3) Le moteur de recherche sémantique devrait être testé sur plusieurs bases de données dans les domaines de la santé publique, de l’alimentation, des compétences des adultes en formation et autres.

Bio : Pierre Lévy a consacré sa vie professionnelle à analyser les implications culturelles et cognitives des technologies numériques et à promouvoir leurs meilleurs usages sociaux.

Né en 1956. Maîtrise d’histoire des sciences (Paris, Sorbonne, 1980, dirigée par Michel Serres). Doctorat de sociologie (Paris EHESS 1983, dirigée par Cornélieus Castoriadis).
Chercheur au CREA (École polytechnique, Paris) sur l’histoire de la cybernétique, de l’intelligence artificielle et de la vie artificielle, 1983-1986. Professeur invité à l’Université du Quebec à Montréal, departement de communication, 1987-1989, enseigne l’informatique pour la communication. Professeur en sciences de l’éducation à l’ Université de Paris-Nanterre, 1990-1992, enseigne les technologies pour l’éducation. Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication (Grenoble 1991). Co-fondateur et chercheur au Neurope Lab. Recherches sur l’économie et la technologie de la connaissance, 1991-1995. Il est membre de la mission officielle sur l’enseignement ouvert et à distance.

A propos d’IEML

Henri Kaufman – Vision 2007

medium_cubepetit.15.jpg

« Ce qui me frappe, c’est le succès des systèmes de marketing qui changent radicalement les modèles traditionnels plutôt que de rajouter une couche Web sur un mille feuille très sédimenté, uniquement pour faire moderne ! ». »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
J’ai du mal à imaginer une couleur à cause de la vitesse extrême de l’évolution des techniques et des applications. J’ai plutôt l’impreshenri kaufmansion d’un fondu enchaîné, d’une photo filée comme disent les photographes. On à peine le temps de se poser ou de tourner la tête que des nouveautés apparaissent. À cet égard, le concept de « fiche d’identité numérique » qui remplace (ou complète) la fiche d’identité « analogique » est significative. Cette fiche a été diffusée par Fred Cavazza sur une bonne idée initiale de Raphaêl (U. lik). On identifie la personne en fonction de son comportement sur le net plutôt que par son comportement de consommateur ou par ses coordonnées géographiques. Le « qui se ressemble s’assemble » n’est plus d’actualité. L’apparition du pouvoir des communautés est impressionnant. Tout le monde peut désormais communiquer avec tout le monde et… changer le monde en quelques mois, comme l’ont fait les deux compères de YouTube (et que l’antérieur DailyMotion n’a pas su faire aussi vite)
 
 
« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Les business models changent en privilégiant le client, le consommateur, l’autre. Ce n’est pas par hasard si la une de Time Magazine sur l’homme de l’anné a choisi « YOU ». Ce qui me frappe, c’est le succès des systèmes de marketing qui changent radicalement les modèles traditionnels plutôt que de rajouter une couche Web sur un mille feuille très sédimenté, uniquement pour faire moderne ! Il est temps que les marques, et leurs dirigeants prennent pleinement conscience de la révolution que nous vivons sur la toile. Ne pas être connecté aujourd’hui, c’est presque aussi douloureux que ne plus avoir l’éléctricité !
 
 
« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »

Rester dans le coup, dans le peloton de tête. Un mois de vacances et on est largué ! La solidarité sur la blogosphère est très utile pour partager et améliorer ses connaissances, ses relations, et élargir ses centres d’intérêt. Bien sûr, la courbe exponentielle du développement Internet va se tasser et les journalistes crieront encore à l’éclatement de la bulle…, ce qui risque peut-être de la faire éclater une deuxième fois.
 
 

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Je travaille actuellement avec des partenaires sur l’utilisation couplée des puces RFID (identification sans contact) et des téléphones mobiles. Il y a là un potentiel considérable dans le domaine du retail et de la fidélisation.
La réflexion sur les communautés, les réseaux, la communication P2P en dehors des marques me semble aussi constituer un vaste champ d’investigations intéressantes.
 
 
Bio: Henri Kaufman est un scientifique qui est devenu publicitaire – Ecole Centrale puis Ecole des Pétroles – Doctorat en Mathématiques Appliquées à l’Économie – Directeur Informatique puis Editeur aux Editions Rombaldi- Président-fondateur de l’Agence de Marketing Relationnel Communider en 1987, dans le groupe Havas – Vice Président du Cercle du Marketing Direct – Auteur de plusieurs livres dont le Lissage exponentiel (méthodes de Prévision à court terme), « Confidences en Direct », « Sciences et Communication font elles bon ménage », « Un an de Pub » et le « Marketing de l’Ego »
 
 

Richard Collin – Vision 2007

medium_cubepetit.3.jpg

« Je répéte à l’envie que l’économie de la connaissance, de l’innovation et la société en réseau qui se construit c’est d’abord la société de la confiance, de la transparence, de la reconnaissance et du discernement. Dans une perspective mondiale »

 
 
« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
2006 est sans doute le point d’inflexion reconnu mais ni encore complétement compris ni précisément évalué du passage d’une économie de la stricte transaction marchande à une économie de la connaissance et de l’immatériel caractérisée par le partage et la co-création de valeur. Y a t il une couleur pour ça ? Disons que pour reprendre la référence aux cigales de Bernard Maris dans son Tome 2 de l’Anti Manuel d’Economie, je dirai le bleu lavande….

 

 « Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Les enjeux de l’efficacité collective et de la transformation des organisations pour mobiliser, respecter et reconnaître talents et compétences; le défi non pas de l’économie numérique mais celui de mettre du nuRichard Collinmérique dans l’économie; les évolutions en cours pour inventer des modéles d’affaires et des nouvelles évaluations de la création de valeur dans une économie de l’innovation et en réseau. Autant de questions auxquelles il faut apporter des réponses pertinentes et immédiates. Ceci exige d’incarner son expertise et ses connaissance autant qu’inventer de nouveaux métiers. Pour une demande qui se développe considérablement.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Je répéte à l’envie que l’économie de la connaissance, de l’innovation et la société en réseau qui se construit c’est d’abord la société de la confiance, de la transparence, de la reconnaissance et du discernement. Dans une perspective mondiale, c’est un espoir; à la lumiére de nos querelles gauloises c’est une crainte…mais comme toujours au pessimisme de l’intelligence opposons l’optimisme de la volonté….

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Pour accompagner et participer à la peu évidente mise en place de la convergence entre les interets collectifs et individuels, 2007 est pour moi l’occasion de travailler sur quatre projets:
– de la recherche-action dans le cadre de ma chaire « Efficacité collective, Travail collaboratif et en réseau, Organisations Innovantes » et de son Institut pour l’économie de la connaissance et de l’immatériel au sein de Grenoble Ecole de Management. Avec en tête la réflexion sur les « dispositifs » de création de valeur et la mesure de cette valeur
– de l’accompagnement stratégique et opérationnel des entreprises et institutions dans le cadre de l’activité de conseil d’ICCE qui est appelé à se développer et évoluer
– de la publication avec notamment le Tome 2 « Manager autrement » du Petit Précis d’Efficacité Collective à paraître en Aout 2007
– de la formation-action avec le lancement et la mise en place de l’Académie de l’Efficacité collective et du travail collaboratif avec Demos

Bio: Richard Collin est Fondateur et dirigeant de ICCE (Intelligence Collective, Coopération et Efficacité – International Centre for Collective Efficiency www.icce-link.com), Vice Président de l’Association Française des utilisateurs du Net et du e-business (AFNeT, www.afnet.fr), Fondateur et animateur des Rencontres Innovation, Compétitivité et Connaissances (www.rencontres-icc.com), Visiting Professor à Grenoble Ecole de Management (www.grenoble-em.com ) titulaire de la Chaire « Efficacité collective, Travail collaboratif et en réseau, Organisations innovantes » et responsable de EIKE ‘European Institute for the Knowledge Economy », Richard COLLIN, pionnier et praticien du travail collaboratif et des organisations en réseau, est un expert et consultant international reconnu qui accompagne, conseille, coache et forme les entreprises, les institutions, les territoires et les hommes dans leur évolution et leur transformation compétitive vers la société en réseau et l’économie de la connaissance.

Richerd Collin à également piloter la réalisation du « Petit précis d’efficacité collective »

Rémi Sansaloni – Vision 2007

medium_cubepetit.16.jpg

« …que le marketing ouvre enfin les yeux sur la réalité démographique et socio-économique
et ne reste pas enfermer dans un jeunisme stérile ou dans un cartésianisme obsolète ». »

 

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Pour l’heure, mon domaine de compétence est le comportement du consommateur. Et, dans celui-ci, l’année 2006 fut riche et fertile. La presse, spécialisée ou non, s’est largement fait l’écho des interrogations profondes des acteurs du marché sur ce consommateur bien difficile à cerner dans un contexte pour le moins indéterminé ! En même temps, et c’est un des côtés les plus positifs à mes yeux, le marketing s’est enrichi d’adjectifs ou de qualificatifs que l’on n’aurait pas imaginé naguère. J’ai ainsi pu lire de plus en plus fréquemment des mots tels que participation, relation, interaction, république… De nouvelles pratiques se sont plus largement déployées, principalement autour de l’ethnographie et de tous ces outils qui permettent de mieux connaître, i.e. plus concrètement, le comportement de ce consommateur. Reste que des ouvertures stratégiques majeures, vers les seniors ou vers un gender marketing par exemple, ne sont pas encore rentrées dans l’esprit des décideurs !

« Comment voyez-vous 2007, quelles évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
Je crains fort que l’année 2007 s’annonce plus politique que toute autre chose. Et l’on sait qu’en France, ce genre de période correspondant à une situation d’attente. Je n’envisage guère de grandes « révolutions » dans mon domaine. Et ce d’autant plus que l’innovation est plutôt atone en France. Si évolutions majeures il y a, elles viendront très probablement du côté de la Toile et de l’amplification du déploiement des nouveaux outils de communication vers ce nouveau média.

« Quels sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
Mes espoirs : que le marketing ouvre enfin les yeux sur la réalité démographique et socio-économique et ne reste pas enfermer dans un jeunisme stérile ou dans un cartésianisme obsolète. C’est une démarche qui s’amorce très lentement, encore de façon trop superficielle, mais c’est un début qu’il faut encourager.

Mes craintes : que le contexte économique, très peu favorable à l’expression de la créativité, ne vienne justement stopper un mouvement qui va dans le bon sens. Moyennant quoi, les consommateurs seront tentés d’exprimer encore un peu plus leur résistance ou leur défiance.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ? »
Je souhaiterais pouvoir approfondir deux problématiques dans la recherche d’une meilleure compréhension du consommateur : d’une part, creuser les implications du développement d’Internet sur son comportement (notamment autour de ce que j’ai appelé la Monade cybernétique) ; d’autre part, réfléchir sur les possibles applications de l’ethnométhodologie, principalement par rapport à ce qu’on nomme la phénoménologie du quotidien. Tout cela prenant appui sur un plus large déploiement de mon hypothèse de l’émergence du non-consommateur et de la consocratie.

 

Bio : Sociologue et philosophe de formation, Rémi Sansaloni est actuellement responsable d’études marketing au sein du département TNS Media Intelligence . Il participe depuis plus de dix ans à la rédaction du Marketing Book, et est, en outre, en charge des Observatoires Marketing sur le comportement du consommateur et sur les seniors.
Il est dernièrement l’auteur du livre « Le non consommateur »