François Laurent – Vision 2007

medium_cubepetit.14.jpg

« …que demain, les consommateurs retrouvent – mutatis mutandis – les produits de leurs souhaits dans les rayons des grandes surfaces avec un petit sigle pour souligné qu’ils ont participé à leur élaboration. »

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
« Mon problème, pour vous répondre avec justesse, c’est que je suis… daltonien ! Je m’en suis même ouvert sur mon blog, et ça m’a permis de me faire des tas de copains de galère : normal, 10% des hommes sont daltoniens. Pas vous ? Etrange…
Sinon, je dirais que l’année a été plutôt chamarrée… pour ne pas dire bousculée ! Mais peut-être l’expérience qui m’a le plus marqué, c’est la découverte d’un groupe américain : Clap Your Hands Say Yeah. François LaurentUn peu comme leurs lointains cousins des Artic Monkeys, ils se sont hissé au sommet des hit parades simplement parce que les internautes ont aimé leur musique et l’on promu de blog en blog.
Et en plus, leur musique possède une fraîcheur qui manque aux britanniques !
Clap Your Hands Say Yeah, ou les Artic Monkeys, c’est l’émergence d’un No Marketing que les businessmen américains prennent très au sérieux – enfin certains ! C’est surtout l’idée que non seulement les citoyens ont repris le pouvoir et que certains marketers se découvrent soudain débordés et impuissants.
La musique, mon domaine de compétence ? Bien sûr : des centaines de disques à la maison, vinyles et CD, des premiers Soft Machine au premier opus des Raconteurs. Pour moi, vivre le marketing, ce n’est pas simplement réfléchir sur des séries de chiffres, c’est aussi se comporter comme un simple citoyen… comme un autre. »

« Comment voyez-vous 2007, quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine  ?« 
2007 sera en France une année politique majeure… alors on verra fleurir du buzz politique, du commentaire politique sur le Web, et les cartes de la blogosphères seront politiques. Pendant ce temps, des gens comme vous et moi prendront des initiatives, que bien évidemment les commentateurs avisés – marketers, businessmen et autres journalistes – ne verront pas vraiment, faute de regarder dans la bonne direction. Ce que seront ces initiatives ? Je n’en sais rien, mais ça va fourmiller de partout… comme en 2006, d’ailleurs. Le commerce va se réveiller avec des milliers de français moyens en train de vendre et acheter – dans cet ordre là précisément – sur eBay ou ailleurs ; et les majors avec des artistes qui renonceront à enregistrer des CD pour se consacrer uniquement à la scène…
Ça, encore, on s’y attend, les signaux faibles ont été repérés ; pour les reste, il conviendra de scruter l’horizon avec la plus grande prudence : nous voici à l’aube d’une – de plusieurs – année formidable. »

« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
« Mes espoirs, c’est qu’émergent une multitude de projets les plus incroyables… et que cela fonctionne.
Mes craintes, c’est que les papys fassent de la résistance ; que plutôt de s’adapter à un monde en mutation, les businessmen se contentent d’un lobbying de bas étage pour entraver les citoyens.
Et comme 2007 est une année électorale majeure en France, on peut espérer le meilleur comme craindre le pire… mais heureusement, le reste de la planète ne se sent que très peu concerné par la scène politique française. »

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ? »
« J’ai une multitude de projets… je ne souhaite pas passer à côté des mutations en cours.
Mais il y en a un qui me tient particulièrement à cœur : il s’agit de WeAreTheMarket, un site de consommateurs citoyens que j’ai créé avec deux copains. Pas un grand truc, non : juste un petit site où les gens peuvent venir discuter des produits qu’ils souhaiteraient voir apparaître dans les linéaires… et où les marques pourront les rejoindre, venir discuter avec eux.
En fait, on souhaite simplement recréer la place du village d’hier où l’on apostrophait le cordonnier pour lui dire que le cuir de ses chaussures n’était pas de bonne qualité, et le pâtissier pour lui demander un gâteau avec plus de fruits pour les fêtes à venir.
Ce gâteau, on le retrouvait ensuite avec plaisir dans la devanture de l’artisan : ce que je souhaiterais, c’est que demain, les consommateurs retrouvent – mutatis mutandis – les produits de leurs souhaits dans les rayons des grandes surfaces avec un petit sigle pour souligné qu’ils ont participé à leur élaboration. »

 

Bio : François Laurent est Vice Président de l’ADETEM, Membre du Conseil Scientifique de l’Irep, président de la commission études de l’UDA.  et l’auteur notamment de « La grande mutation des marques high tech »

 

Pierre Levy – Vision 2007

medium_cubepetit.jpg« … La blogosphère, les wikis, le P2P, les jeux collaboratifs multi-joueurs en ligne et autres logiciels sociaux ont donné à des millions de gens un avant-goût de l’intelligence collective dans le cyberespace. »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ?»
1) Le principal événement dans mon activité a été la conception, la réalisation (avec plusieurs intervenants) et la mise en ligne du site www.ieml.org, qui contient notamment une première version, hautement hypertextuelle, du dictionnaire IEML ainsi que la première version d’un éditeur de graphes IEML. Plusieurs publications spécialisées m’ont également permis d’annoncer le projet à la communauté scientifique. 2006 est donc l’année de naissance d’IEML, après une quinzaine d’années de gestation.

2) En 2006, le WWW consortium a, lui aussi, lancé l’idée d’un « Common Web Language » pour résoudre le problème de l’interopérabilité sémantique, que les outils actuels du dit « Web sémantique » (XML, RDF, OWL) ne permettent pas de résoudre. Malheureusement, le groupe qui traite le dossier du common web language est fermé et son président ne répond pas aux mails. Cette opacité ne présage rien de bon :  elle suggère que le WWW consortium est en fait un groupe d’intérêts privés et qu’il ne pratique pas la transparence propre à la communauté scientifique, ce qui est particulièrement grave vu l’importance de l’enjeu. Mais j’espère me tromper sur ce point!

3) Finalement j’ai eu le plaisir d’assister à la création d’un centre de recherche sur l’intelligence collective au MIT. Bien que je n’aie pas décelé d’idées très originales dans leur site, l’événement est d’importance parce qu’il officialise et légitime à l’échelle internationale un champ de recherche orienté vers l’augmentation des capacité cognitives des groupes humains par un usage judicieux des ordinateurs en réseau. Par ailleurs, je vois avec plaisir se multiplier les propos, groupes de travail (dont celui de la FING), publications, blogs, centres de recherches et programmes d’enseignement consacrés directement ou indirectement à l’intelligence collective.  Je rappelle que mon ouvrage « L’intelligence collective » date de 1994, l’année où le Web venait juste de poindre son nez, et que cette expression – tout comme la philosophie sous-jacente – avaient été fortement critiqués à l’époque et dans les années qui ont suivi… Douze ans plus tard, l’intelligence collective commence à devenir une évidence, à la fois conceptuelle et pratique (le web 2.0).
 

«Comment voyez vous 2007, quelles évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine (métier, expertise, marché…) ? »
Si mon domaine est le développement des connaissances théoriques et pratiques sur l’intelligence collective, les choses bougent à une échelle qui n’est pas celle de l’année mais plutôt celle de la décénnie. La blogosphère, les wikis, le P2P, les jeux collaboratifs multi-joueurs en ligne et autres logiciels sociaux ont donné à des millions de gens un avant-goût de l’intelligence collective dans le cyberespace. Tout cela exploite les possibilités d’Internet (interconnexion entre ordinateurs) et du web (interconnexion entre pages). Il faudra sans doute encore plusieurs années avant que l’on se décide à passer à l’étape suivante, celle d’un adressage des concepts, au-dessus de l’adressage des ordinateurs (TCP-IP) et de l’adressage des pages et des liens (HTTP). En effet, ce n’est qu’à partir d’un adressage mathématique des concepts qu’il deviendra possible d’exploiter pleinement l’unification en cours de la mémoire humaine dans le cyberespace, d’observer de manière mesurable et réflexive les phénomènes d’intelligence collective et de maîtriser la gestion des connaissances.

 
«Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
2007 devrait voir plusieurs développements de l’initiative IEML.
1) Dès le mois d’avril, nous devrions disposer d’un wiki (le wikimetal, pour « wiki du métalangage ») qui permettra à diverses communautés de discuter la traduction de leurs terminologies en IEML. Lorsqu’un consensus aura été atteint sur le wiki, les nouveaux « mots » IEML (c’est-à-dire des adresses conceptuelles interprétées en langues naturelles) seront intégrées au dictionnaire de référence.
2) Une équipe internationale de spécialistes en informatique devrait commencer à programmer un moteur de recherche sémantique capable d’interroger des bases de données indexées en IEML. Il s’agit du labo de communication multimedia de l’Université d’Ottawa sous la direction de Abed El Saddik, du labo d’informatique cognitive de l’UQAM avec la participation de Daniel Memmi, d’une équipe du labo Paragraphe de Paris-8 sous la direction de Imad Saleh, d’une équipe brésilienne autour de la bibliothèque virtuelle en santé sous la direction de Rogerio Da Costa et des spécialistes américains des « Topic Maps » Michel Biezunski et Steve Newcomb.
3) Le moteur de recherche sémantique devrait être testé sur plusieurs bases de données dans les domaines de la santé publique, de l’alimentation, des compétences des adultes en formation et autres.

Bio : Pierre Lévy a consacré sa vie professionnelle à analyser les implications culturelles et cognitives des technologies numériques et à promouvoir leurs meilleurs usages sociaux.

Né en 1956. Maîtrise d’histoire des sciences (Paris, Sorbonne, 1980, dirigée par Michel Serres). Doctorat de sociologie (Paris EHESS 1983, dirigée par Cornélieus Castoriadis).
Chercheur au CREA (École polytechnique, Paris) sur l’histoire de la cybernétique, de l’intelligence artificielle et de la vie artificielle, 1983-1986. Professeur invité à l’Université du Quebec à Montréal, departement de communication, 1987-1989, enseigne l’informatique pour la communication. Professeur en sciences de l’éducation à l’ Université de Paris-Nanterre, 1990-1992, enseigne les technologies pour l’éducation. Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication (Grenoble 1991). Co-fondateur et chercheur au Neurope Lab. Recherches sur l’économie et la technologie de la connaissance, 1991-1995. Il est membre de la mission officielle sur l’enseignement ouvert et à distance.

A propos d’IEML

Henri Kaufman – Vision 2007

medium_cubepetit.15.jpg

« Ce qui me frappe, c’est le succès des systèmes de marketing qui changent radicalement les modèles traditionnels plutôt que de rajouter une couche Web sur un mille feuille très sédimenté, uniquement pour faire moderne ! ». »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
J’ai du mal à imaginer une couleur à cause de la vitesse extrême de l’évolution des techniques et des applications. J’ai plutôt l’impreshenri kaufmansion d’un fondu enchaîné, d’une photo filée comme disent les photographes. On à peine le temps de se poser ou de tourner la tête que des nouveautés apparaissent. À cet égard, le concept de « fiche d’identité numérique » qui remplace (ou complète) la fiche d’identité « analogique » est significative. Cette fiche a été diffusée par Fred Cavazza sur une bonne idée initiale de Raphaêl (U. lik). On identifie la personne en fonction de son comportement sur le net plutôt que par son comportement de consommateur ou par ses coordonnées géographiques. Le « qui se ressemble s’assemble » n’est plus d’actualité. L’apparition du pouvoir des communautés est impressionnant. Tout le monde peut désormais communiquer avec tout le monde et… changer le monde en quelques mois, comme l’ont fait les deux compères de YouTube (et que l’antérieur DailyMotion n’a pas su faire aussi vite)
 
 
« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Les business models changent en privilégiant le client, le consommateur, l’autre. Ce n’est pas par hasard si la une de Time Magazine sur l’homme de l’anné a choisi « YOU ». Ce qui me frappe, c’est le succès des systèmes de marketing qui changent radicalement les modèles traditionnels plutôt que de rajouter une couche Web sur un mille feuille très sédimenté, uniquement pour faire moderne ! Il est temps que les marques, et leurs dirigeants prennent pleinement conscience de la révolution que nous vivons sur la toile. Ne pas être connecté aujourd’hui, c’est presque aussi douloureux que ne plus avoir l’éléctricité !
 
 
« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »

Rester dans le coup, dans le peloton de tête. Un mois de vacances et on est largué ! La solidarité sur la blogosphère est très utile pour partager et améliorer ses connaissances, ses relations, et élargir ses centres d’intérêt. Bien sûr, la courbe exponentielle du développement Internet va se tasser et les journalistes crieront encore à l’éclatement de la bulle…, ce qui risque peut-être de la faire éclater une deuxième fois.
 
 

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Je travaille actuellement avec des partenaires sur l’utilisation couplée des puces RFID (identification sans contact) et des téléphones mobiles. Il y a là un potentiel considérable dans le domaine du retail et de la fidélisation.
La réflexion sur les communautés, les réseaux, la communication P2P en dehors des marques me semble aussi constituer un vaste champ d’investigations intéressantes.
 
 
Bio: Henri Kaufman est un scientifique qui est devenu publicitaire – Ecole Centrale puis Ecole des Pétroles – Doctorat en Mathématiques Appliquées à l’Économie – Directeur Informatique puis Editeur aux Editions Rombaldi- Président-fondateur de l’Agence de Marketing Relationnel Communider en 1987, dans le groupe Havas – Vice Président du Cercle du Marketing Direct – Auteur de plusieurs livres dont le Lissage exponentiel (méthodes de Prévision à court terme), « Confidences en Direct », « Sciences et Communication font elles bon ménage », « Un an de Pub » et le « Marketing de l’Ego »
 
 

Richard Collin – Vision 2007

medium_cubepetit.3.jpg

« Je répéte à l’envie que l’économie de la connaissance, de l’innovation et la société en réseau qui se construit c’est d’abord la société de la confiance, de la transparence, de la reconnaissance et du discernement. Dans une perspective mondiale »

 
 
« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
2006 est sans doute le point d’inflexion reconnu mais ni encore complétement compris ni précisément évalué du passage d’une économie de la stricte transaction marchande à une économie de la connaissance et de l’immatériel caractérisée par le partage et la co-création de valeur. Y a t il une couleur pour ça ? Disons que pour reprendre la référence aux cigales de Bernard Maris dans son Tome 2 de l’Anti Manuel d’Economie, je dirai le bleu lavande….

 

 « Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Les enjeux de l’efficacité collective et de la transformation des organisations pour mobiliser, respecter et reconnaître talents et compétences; le défi non pas de l’économie numérique mais celui de mettre du nuRichard Collinmérique dans l’économie; les évolutions en cours pour inventer des modéles d’affaires et des nouvelles évaluations de la création de valeur dans une économie de l’innovation et en réseau. Autant de questions auxquelles il faut apporter des réponses pertinentes et immédiates. Ceci exige d’incarner son expertise et ses connaissance autant qu’inventer de nouveaux métiers. Pour une demande qui se développe considérablement.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Je répéte à l’envie que l’économie de la connaissance, de l’innovation et la société en réseau qui se construit c’est d’abord la société de la confiance, de la transparence, de la reconnaissance et du discernement. Dans une perspective mondiale, c’est un espoir; à la lumiére de nos querelles gauloises c’est une crainte…mais comme toujours au pessimisme de l’intelligence opposons l’optimisme de la volonté….

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Pour accompagner et participer à la peu évidente mise en place de la convergence entre les interets collectifs et individuels, 2007 est pour moi l’occasion de travailler sur quatre projets:
– de la recherche-action dans le cadre de ma chaire « Efficacité collective, Travail collaboratif et en réseau, Organisations Innovantes » et de son Institut pour l’économie de la connaissance et de l’immatériel au sein de Grenoble Ecole de Management. Avec en tête la réflexion sur les « dispositifs » de création de valeur et la mesure de cette valeur
– de l’accompagnement stratégique et opérationnel des entreprises et institutions dans le cadre de l’activité de conseil d’ICCE qui est appelé à se développer et évoluer
– de la publication avec notamment le Tome 2 « Manager autrement » du Petit Précis d’Efficacité Collective à paraître en Aout 2007
– de la formation-action avec le lancement et la mise en place de l’Académie de l’Efficacité collective et du travail collaboratif avec Demos

Bio: Richard Collin est Fondateur et dirigeant de ICCE (Intelligence Collective, Coopération et Efficacité – International Centre for Collective Efficiency www.icce-link.com), Vice Président de l’Association Française des utilisateurs du Net et du e-business (AFNeT, www.afnet.fr), Fondateur et animateur des Rencontres Innovation, Compétitivité et Connaissances (www.rencontres-icc.com), Visiting Professor à Grenoble Ecole de Management (www.grenoble-em.com ) titulaire de la Chaire « Efficacité collective, Travail collaboratif et en réseau, Organisations innovantes » et responsable de EIKE ‘European Institute for the Knowledge Economy », Richard COLLIN, pionnier et praticien du travail collaboratif et des organisations en réseau, est un expert et consultant international reconnu qui accompagne, conseille, coache et forme les entreprises, les institutions, les territoires et les hommes dans leur évolution et leur transformation compétitive vers la société en réseau et l’économie de la connaissance.

Richerd Collin à également piloter la réalisation du « Petit précis d’efficacité collective »

Rémi Sansaloni – Vision 2007

medium_cubepetit.16.jpg

« …que le marketing ouvre enfin les yeux sur la réalité démographique et socio-économique
et ne reste pas enfermer dans un jeunisme stérile ou dans un cartésianisme obsolète ». »

 

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Pour l’heure, mon domaine de compétence est le comportement du consommateur. Et, dans celui-ci, l’année 2006 fut riche et fertile. La presse, spécialisée ou non, s’est largement fait l’écho des interrogations profondes des acteurs du marché sur ce consommateur bien difficile à cerner dans un contexte pour le moins indéterminé ! En même temps, et c’est un des côtés les plus positifs à mes yeux, le marketing s’est enrichi d’adjectifs ou de qualificatifs que l’on n’aurait pas imaginé naguère. J’ai ainsi pu lire de plus en plus fréquemment des mots tels que participation, relation, interaction, république… De nouvelles pratiques se sont plus largement déployées, principalement autour de l’ethnographie et de tous ces outils qui permettent de mieux connaître, i.e. plus concrètement, le comportement de ce consommateur. Reste que des ouvertures stratégiques majeures, vers les seniors ou vers un gender marketing par exemple, ne sont pas encore rentrées dans l’esprit des décideurs !

« Comment voyez-vous 2007, quelles évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
Je crains fort que l’année 2007 s’annonce plus politique que toute autre chose. Et l’on sait qu’en France, ce genre de période correspondant à une situation d’attente. Je n’envisage guère de grandes « révolutions » dans mon domaine. Et ce d’autant plus que l’innovation est plutôt atone en France. Si évolutions majeures il y a, elles viendront très probablement du côté de la Toile et de l’amplification du déploiement des nouveaux outils de communication vers ce nouveau média.

« Quels sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
Mes espoirs : que le marketing ouvre enfin les yeux sur la réalité démographique et socio-économique et ne reste pas enfermer dans un jeunisme stérile ou dans un cartésianisme obsolète. C’est une démarche qui s’amorce très lentement, encore de façon trop superficielle, mais c’est un début qu’il faut encourager.

Mes craintes : que le contexte économique, très peu favorable à l’expression de la créativité, ne vienne justement stopper un mouvement qui va dans le bon sens. Moyennant quoi, les consommateurs seront tentés d’exprimer encore un peu plus leur résistance ou leur défiance.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ? »
Je souhaiterais pouvoir approfondir deux problématiques dans la recherche d’une meilleure compréhension du consommateur : d’une part, creuser les implications du développement d’Internet sur son comportement (notamment autour de ce que j’ai appelé la Monade cybernétique) ; d’autre part, réfléchir sur les possibles applications de l’ethnométhodologie, principalement par rapport à ce qu’on nomme la phénoménologie du quotidien. Tout cela prenant appui sur un plus large déploiement de mon hypothèse de l’émergence du non-consommateur et de la consocratie.

 

Bio : Sociologue et philosophe de formation, Rémi Sansaloni est actuellement responsable d’études marketing au sein du département TNS Media Intelligence . Il participe depuis plus de dix ans à la rédaction du Marketing Book, et est, en outre, en charge des Observatoires Marketing sur le comportement du consommateur et sur les seniors.
Il est dernièrement l’auteur du livre « Le non consommateur »

Olivier Zara – Vision 2007

medium_cubepetit.5.jpg

« L’intelligence collective entre dans le discours politique….La croissance du nombre de publications sur le thème de l’intelligence collective est incroyable… »


De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »

J’ai observé en 2006 des évolutions intéressantes dans mon domaine à travers mes activités de consultant et d’éditeur de logiciels web 2.0. Mes clients et prospects comprennent mieux les enjeux acOlivier Zaratuels de l’économie du savoir parce que le nombre d’experts qui s’expriment sur le sujet est plus grand qu’avant et surtout parce qu’il y a une certaine convergence dans les discours. La théorie du Centième Singe est peut-être en train de se réaliser ! (Voir l’article sur mon blog)

A travers les communautés virtuelles que j’anime, j’ai aussi remarqué que les participants s’approprient plus facilement qu’avant les technologies nécessaires pour manager l’intelligence collective. La quantité des questions envoyées au support technique de ma société diminue chaque année. Les questions sont plus pointues, les gens veulent aller plus loin dans la compréhension des outils. Il y a un début de maturité en terme de participation. Par contre, la capacité à animer des discussions virtuelles restent une épreuve pour beaucoup. Les directions ne comprennent pas encore les défis autour de l’animation de communautés virtuelles. Manager une équipe en face à face et à distance par le biais de logiciels nécessitent des compétences différentes et donc une formation spécifique.

J’observe également que les freins culturels restent très fort. Il est toujours très difficile d’aborder la question de la culture. Les directions martèlent encore que leurs employés coopèrent et que leur souhait est simplement d’être plus performant par le biais d’un logiciel, d’une formation et de méthodes. Pourtant, dès qu’on descend dans la hiérarchie, les exemples de non coopération émergent, les témoignages se multiplient dans les interviews. L’entreprise continue à vivre le rêve du « Tout le monde coopère chez nous » tandis que la réalité est souvent « Chacun pour soi ».

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Je vous propose maintenant quelques raisons d’être optimiste pour 2007 :

  • L’intelligence collective entre dans le discours politique. Dans mon billet « Marketing politique et Intelligence collective« , je cite 3 discours de dirigeants politiques : Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et Christian Blanc. Pour savoir s’il s’agit de marketing politique ou de convictions profondes, il faudra malheureusement attendre quelques années après l’élection pour juger sur des faits. Mais marketing ou pas, on peut saluer l’effort et faire la longue liste de tous les politiciens qui n’ont jamais évoqué l’intelligence collective dans leur discours.
    Les modes de gouvernance au niveau politique et au niveau économique sont culturellement liés. Si l’un bouge, il y a des chances que l’autre soit aussi obligé de bouger.
  • La croissance du nombre de publications sur le thème de l’intelligence collective est incroyable. Il s’agit de livres, d’articles de presse et bien sûr de billets dans les blogs. A ce titre, je tiens à souligner la contribution de MM2 Editions qui innove beaucoup sur le sujet aussi bien dans sa ligne éditoriale que par la création d’espaces interactifs communautaires autour de chaque livre. Malo Girod de l’Ain, fondateur de cette maison d’édition, apporte ainsi une contribution positive pour aider la société à comprendre les émergences culturelles et technologiques qui sont pour l’instant invisibles du plus grand nombre.
  • La blogosphère qui porte les valeurs de l’intelligence collective est en pleine expansion. Mais il faut quand même distinguer 2 blogosphères :

    1. La blogosphère des journaux intimes où l’on raconte sa vie. Pas besoin d’être un expert pour raconter mavie.com, ni de savoir écrire. Exhibitionnisme ou ego-trip si on veut la critiquer. Besoin de partage, d’appartenance, de reconnaissance si on veut la positiver et montrer l’utilité sociale.

    2. La blogosphère des experts, leaders d’opinion, journalistes, des “professionnels amateurs” (voir Wikipedia pour ce concept), des cybercitoyens et cyberpoliticiens, qui produisent des contenus et réfléchissent ensemble sur divers sujets. L’ego-trip n’est pas forcément absent mais il y a une dynamique collective plus marquée. Cette blogosphère contribue au développement de l’intelligence collective car il s’agit d’un espace à part entière de partage des connaissances et d’échanges à travers les commentaires fait sur les billets.

  • Le développement du nombre de centres de recherche sur l’intelligence collective commence. “The MIT Center for Collective Intelligence” a été lancé le 13 octobre 2006 au sein du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Voici la présentation du centre (http://cci.mit.edu/index.html) : « While people have talked about collective intelligence for decades, new communication technologies—especially the Internet—now allow huge numbers of people all over the planet to work together in new ways. The recent successes of systems like Google and Wikipedia suggest that the time is now ripe for many more such systems, and the goal of the MIT Center for Collective Intelligence is to understand how to take advantage of these possibilities.
    Our basic research question is: How can people and computers be connected so that—collectively—they act more intelligently than any individuals, groups, or computers have ever done before?
    With its combination of expertise in computer science, brain sciences, and management, MIT is uniquely suited to address this question. We hope this work will lead to new scientific understanding in a variety of disciplines and practical advances in many areas of business and society. »
    Le lancement de ce centre par une des plus prestigieuses universités américaines est une très bonne nouvelle pour les ambassadeurs de l’intelligence collective. Bien que leur approche, leur discours, l’origine des contributeurs soient très universitaire, cela va ouvrir de nouvelles perspectives pour le management de l’intelligence collective dans les entreprises. A ce jour, il n’existait que la Chaire de recherche du Canada sur l’intelligence collective à l’université d’Ottawa. Nous avons maintenant 2 centres de recherche importants en Amérique du Nord qui deviendra donc probablement bientôt leader dans ce domaine.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
En guise de conclusion, j’invite les lecteurs de NextModernity à venir apporter leurs contributions sur le management de l’intelligence sur mon blog : http://blog.axiopole.info/ et sur le portail management 2.0. J’ai commencé la rédaction de mon prochain livre à paraître fin 2007. Il s’agit d’une suite de mon livre sur le management de l’intelligence collective. Ce tome 2 sera un guide pratique qui proposera de nouveaux outils pour manager les connaissances et l’intelligence collective. Le blog et le portail rassemblent une communauté informelle qui contribue à la rédaction de ce livre comme elle l’a fait avec le précédent en 2003 et 2004 !

Bio : Olivier Zara est président et fondateur d’Axiopole, réseau spécialisé dans les solutions web 2.0 au service des communautés de pratique et des équipes. Il est l’auteur du livre « Le Management de l’Intelligence Collective »

Damien Bruté de Rémur – Vision 2007

medium_cubepetit.18.jpg

« …que les entreprises soient nombreuses à expérimenter la culture de l’Intelligence Economique pour une réelle révolution pacifique des relations humaines.. »

 

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Un grand tournant pour l’intelligence économique qui est maintenant un chemin reconnu dans les entreprises, avec des blocages institutionnels persistants qui malheureusement pénalisent fortement les avancées en recherche. Les pionniers sont malheureusement en France facilement pénalisés dans leurs carrières et dans les budgets….

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine  ? »
Damien Brué de Rémur Il faut maintenant s’attacher à développer et à faire connaître les exceptionnelles perspectives ouvertes dans l’entre prise et dans la gouvernance publique grâce au « management par l’information ».
Nous avons le pied dans la porte, il faut tenir jusqu’à l’ouverture pour de bon.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Mes espoirs : que les entreprises puissent expérimenter nombreuses la culture de l’Intelligence Economique pour une réelle révolution pacifique des relations humaines accompagnant de nouvelles et significatives performances en compétitivité.
Mes craintes : que les institutions responsables de la recherche ne laissent pas une toute petite fenêtre à la poignée de chercheurs impliqués.

 

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Un nouvel ouvrage est déjà en chantier, destiné aux dirigeants,… trois autres sont prévus… peut être deux sorties par an ? La tâche est immense !
Un rassemblement des forces de recherche sur l’Intelligence Economique en France.

 

Bio : Enseignant-chercheur français, spécialiste de intelligence économique. Maître de conférences à l’Université Montpellier 1  Damien Bruté de Rémur est l’auteur de « Ce que intelligence économique veut dire » 

Thierry Crouzet – Vision 2007

medium_cubepetit.7.jpg

« J’espère que le cinquième pouvoir va affirmer sa présence, que les politiciens vont arrêter de jouer aux chefaillons et vont prendre en considération les citoyens. Depuis 2002, chaque année, internet pèse dans une élection quelque part dans le monde.. »

« De quelle couleur fut 2006 dans votre domaine de compétences ?»
Je ne sais pas trop quel est mon domaine ; peut-être la politique à l’âge d’internet. Je me suis dit que nous avions enfin les moyens de changer le monde parce que j’ai vu de plus en plus de gens se rejoindre et avancer dans la même direction. J’ai ressenti presque viscéralement qu’une lame de fond était en train de nous emporter. Nous vivons une époque de bouleversements sans précédents, c’est excitant, ça nous donne aussi de sacrés responsabilités.

«Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ?»
JThierry Crouzet’espère que le cinquième pouvoir va affirmer sa présence, que les politiciens vont arrêter de jouer aux chefaillons et vont prendre en considération les citoyens. Depuis 2002, chaque année, internet pèse dans une élection quelque part dans le monde. En 2007, ce sera peut-être en France lors de la présidentielle. D’un autre côté, je crains que des graines de dictateurs ne cherchent à mettre le cinquième pouvoir sous l’éteignoir et nous attirent vers des régimes durs qui seraient néfastes alors que nous vivons une phase d’innovation tout azimut. Nous avons besoin de liberté, pas seulement de la liberté d’entreprendre, de la liberté avec un grand L.

«Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ? »
J’ai envie de me remettre à mon roman Croisade qui raconte la lutte entre les hommes libres et les conservateurs autoritaristes, entre le cinquième pouvoir et le pouvoir dur. J’espère ainsi réussir à vulgariser certaines idées, notamment l’auto-organisation, dont beaucoup de gens ont du mal à croire qu’elles peuvent être de vraies solutions politiques.

Bio : Ingénieur de formation, journaliste, ancien rédacteur en chef et fondateur des magazines PC Direct et PC Expert, Thierry Crouzet à publié d’autres ouvrages chez MicrosoftPress puis chez First. Il est également éditeur de bonWeb.com, version électronique de son « Guide des meilleurs sites Web ».

Thierry Crouzet est également l’auteur du « Peuple des connecteurs » 

Saphia Richou – Vision 2007

« Le métier de prospectiviste demande de plus
en plus de compétences car les questionnements actuels nécessitent une transdisciplinarité complexe. Comment être sûr de ne pas avoir « loupé un éléphant dans le tapis. »
 
 
De quelle couleur fut votre 2006 dans votre dommaine de compétences ?
En tant qu’enseignante en prospective au CNAM, je dirais que le ROSE fut la couleur de l’année 2006:150 inscrits aux différentes unitSaphia Richoués de valeur enseignées à la chaire de prospective dont 53 inscrits à la promotion 2005-06 du Master en Sciences de Gestion, mention management, spécialité prospective, stratégie et organisation avec 34 reçus.Qui a dit que la prospective n’intéressait plus les décideurs ? En tous cas, la jeune génération à l’air d’y trouver son compte.


Comment voyez-vous 2007, évolutions majeures dans votre domaine ?

Le métier de prospectiviste demande de plus en plus de compétences car les questionnements actuels nécessitent une transdisciplinarité complexe. Comment être sûr de ne pas avoir « loupé un éléphant dans un magasin de porcelaine ». Comment savoir si l’on n’est pas passé à côté d’un pan de réflexion qui s’avérera incontournable demain. Autant dire qu’il faut beaucoup de modestie pour être prospectiviste aujourd’hui. L’expertise, puisque c’est le deuxième volet de votre question tombe à pic. Qui est expert et qui ne l’est pas? Je prends toujours de la distance par rapport aux dires d’experts : ils vivent en cercle clos et passent bien souvent leur temps à s’autovalider. Je suis plutôt à la recherche d’électrons libres, « experts » dans leur domaine, mais pas encore médiatisés pour être dépendant de leur statut d’expert. C’est là où se niche la juste expertise et ce n’est pas une mince affaire de la découvrir. Il faut du temps d’investigation pour accéder à ses pépites de la réflexion et du savoir. On les découvre par « hasard » car ils ne sont pas référencés dans les annuaires. Qu’en au marché de la prospective, il diffère en fonction de ceux qui la pratiquent. A vrai dire, tout dépend de celle ou de celui qui donnent l’impulsion d’une démarche de prospective et cela quelque soit la taille de la structure du commanditaire.


Les espoirs ? Les craintes pour 2007 ?

Mes espoirs sont de développer, au Cnam, au Cercle des Entrepreneurs du Futur, à Prospective Foresight Network, au Millennium Project, au Collège Européen de prospective territoriale de la DIACT, à Créa-Universités et au Club des Vigilants, une véritable collaboration d’échanges d’idées et de pratiques entre les prospectivistes européens et internationaux. Mes craintes seraient que les uns et les autres, nous n’en ayons pas le temps, rivés à nos obligations professionnelles prioritaires.


Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaitez dire quelques mots ?

Je travaille actuellement à la conception d’une méthode qui allie prospective et créativité à toutes les étapes de la démarche prospective. Son but est d’aider les décideurs à sortir des représentations classiques des objets étudiés pour mieux en anticiper les ruptures. Je vous en reparlerai bientôt.

 

Bio : Saphia Richou est Présidente de Prospective Foresight Network – Ingénieur d’études et de recherche, Enseignante en prospective stratégique à la Chaire de Prospective Industrielle du Conservatoire des Arts et Métiers – Auteur d’essais prospectifs, elle à contribuer à l’édition State of the future 2005

Malo Girod de L’Ain – Vision 2007

medium_cubepetit.8.jpg

« …L’arrivée des e-books va entraîner une évolution accélérée des métiers de l’édition que nous avons anticipé en lançant en 2006 nos communautés thématiques… »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Très web 2.0, participation et communautés.

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine (métier, expertise, marché…) ? »
L’arrivée des e-books va entraîner une évolution accélérée des métiers de l’édition que nous avons anticipé en lançant en 2006 nos communautés thématiques.

«Malo Girod de l'Ain Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Les blogs, la création d’entreprise, le haut débit, plusieurs signes montrent une nouvelle volonté d’entreprendre, de participer en France. Mon espoir : que cela se confirme et soit accompagné dynamiquement par les pouvoirs publics avec un plan fibre… Mes craintes : l’inverse, c’est à dire que ce souflé retombe piteusement, que les autres pays avancent et que les talents s’expatrient pour réussir.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez
nous dire quelques mots ?»
Après le lancmeent de nos deux premières communautés autour du digital et du film (cluster21.com et fest21.com), nous allons, d’une part les développer considérablement et d’autre part lancer en propre ou en co-éditions d’autres communautés thématiques. Toutes intégrerons tous les aspects multimédias avec vidéoblogs, émissions de télévision, livres, e-livres…

Bio : Malo Girod de l’Ain est un entrepreneur passionné des nouvelles technologies et des évolutions du monde depuis plus de vingt ans. Précurseur de l’Internet, il dirige depuis 1995 plusieurs sociétés axées sur le développement de services en ligne. Il est ingénieur Centrale et a suivi des études de Droit et de Gemmologie. Membre FING (Fondation Internet Nouvelle Génération). L’auteur donne de nombreuses conférences de prospective dans le cadre de grandes écoles, de club, de société de prospective, pour la commission européenne.
Malo Girod de l’Ain est l’auteur de 2010 Futur Virtuel