Eric Delcroix, Alban Martin : Facebook, on s’y retrouve !

b5713db41fbf6da6a766fbba8d493445.jpg

 Facebook, on s’y retrouve !  « Créez et sécurisez votre page, tirez le meilleur parti des applications, personnalisez votre usage de Facebook »

par Eric Delcroix et Alban Martin, Editions Pearson

Interview Eric Delcroix, Ed Productions,  par Catherine Fournier-Montgieux pour Nextmodernity

Pourquoi vous etes-vous intéressé à FaceBook ?

Depuis plusieurs années maintenant, je suivais l’évolution des réseaux sociaux, juste inscrit en position d’attente !

D’ailleurs j’étais assez récalcitrant à leurs égards. En effet, pendant très longtemps, les réseaux sociaux se sont contentés d’être de simple lieu de rencontre, où l’on devenait principalement le copain du copain ! Autres aspects négatifs : le nombre de messages commerciaux ou de CV que je pouvais recevoir !

En fin d’été 2007, alors que l’on commençait à entendre parler de Facebook, je me suis inscrit « sérieusement » à Viadeo, Linkedin et Facebook…

Rapidement, au-delà des jeux, la présence des applications m’a séduit dans Facebook. Facebook devenait un outil de travail. Rapidement, j’ai compris que Facebook pouvait devenir l’interface du futur pour les ordinateurs. En effet, à court terme, les ordinateurs risques d’être vide : les applications seront en ligne, le stockage se fera en ligne… Le MacBook Air d’Apple préfigure ce que sera l’ordinateur dans quelques années. La nouvelle interface de Facebook (http://www.ed-productions.com/leszed/index.php?nouvelle-presentation-chez-facebook) va également dans ce sens.

On comprend mieux ce que Mark Zuckerbeg avait dit en septembre dernier : Facebook est un système d’exploitation pour Internet.

Qu’est ce que la plateforme vous apporte professionnellement ?

J’aurai tendance à répondre rapidement une présence et une mise en scène de l’identité numérique de son entreprise ainsi que le développement d’une communauté autour de nos activités, produits… notamment grâce aux Pages (Pages Fan comme les appellent certains), aux groupes, aux événements, aux causes…Facebook me rappelle par de nombreux aspects l’émergence des blogs. La relation au client et au partenaire est différente pour les personnes et les entreprises présentes dans ce réseau. C’est en quelque sorte un monde nouveau qui s’ouvre à nous. C’est aussi un terrain vierge que nous devons tous explorer pour en tirer un profit maximum. La communication ou la diffusion de l’information prend une nouvelle dimension. Nous avons, encore plus que dans un blog, notre visiteur en face de nous ! Nous savons qui il est, ses centres d’intérêts, ses passions, ses goûts et ses couleurs. Cela a d’ailleurs certains effets déstabilisants. On ne sait pas par quel bout prendre Facebook dans un premier temps pour communiquer, ni comment communiquer…
En plus, la communication que nous mettons en ligne produit toujours du buzz… Chose à laquelle nous ne sommes pas obligatoirement habitué. De même, la rapidité de réaction des utilisateurs de Facebook est stupéfiante ! Le groupe L’expérience Interdite par Facebook: J’ai besoin de vous !!!  et la rapidité avec laquelle les 250 000 membres ont
été atteints est surprenante.

D’après vous, quels sont les principaux avantages et inconvénients de ce nouveau réseau ?

Le plus gros avantage de Facebook est d’être avant tout un outil qui permet de gérer quasiment tous les besoins d’outils de communication au sein d’une entreprise en un seul écran.

Ce gros carnet d’adresses d’amis est le nœud du système et l’on comprend facilement que certaines entreprises décident d’utiliser Facebook comme Intranet ! Même pour le travail en projet, avec l’application MyOffice, la simplicité d’ajouts de personnes extérieures à la structure est déconcertant ! Il faut réussir à s’imaginer que Facebook est à la fois un gros Outlook (carnet d’adresse, mail…) qui permet  aussi de créer, de gérer des groupes de discussion, ou des groupes de contacts, d’utiliser le chat, du micro-blogging, mais, c’est aussi un lecteur de flux Rss, un système d’archivage des signets et liens internet, de partage des images, des vidéos et des sons, etc.

Le partage d’applications de bureautique en ligne (traitement de texte, tableur…), le système de recommandation, d’organisations de conférences téléphoniques, de possibilité de poser une question à la cantonade complète ce tour d’horizon rapide. On pourrait ajouter les possibilités de recrutement et de relations presse simplifiées, la gestion de projet, la gestion de classes, la création de boutiques…

Les constants reproches sur le modèle publicitaire, sur les informations que contient Facebook nous concernant qu’il diffuse ou non, semble un faux problème. D’ailleurs, l’étude universitaire que nous avons réalisée sur les usages et les attentes au sujet de Facebook, ( http://www.ed-productions.com/leszed/index.php?facebook-enquete-sur-les-usages-et-les-attentes-1er-partie  ) l’indique clairement.

L’autre reproche qui a souvent été fait à Facebook est la gestion des sphères de connaissances. On ne diffuse ou ne partage pas les mêmes informations avec sa famille, ses amis, ses collègues, ses clients… Ce souci est en passe d’être réglé avec la conjonction des réglages de  confidentialité et la mise en place des listes d’amis.

Toutefois, on touche un détail important. En fait, sous des apparences simples (il n’est pas très difficile de s’inscrire à Facebook et de l’utiliser rapidement) se cache un monde beaucoup plus complexe.

À mon sens d’ailleurs, le plus gros inconvénient de Facebook pour un usage professionnel est de dépasser le stade du jeux. Nous arrivons tous dans Facebook et nous sommes happé par le monde du jeux, des messages sur les murs. C’est un stade qu’il faut dépasser pour aller plus loin.

Autre facette de ce problème, il n’est pas superflu de se former à l’utilisation de Facebook… Je suis souvent étonnés par la méconnaissance justement des possibilités de confidentialité, de la gestion des listes et même pour beaucoup de l’existence des applications. Beaucoup d’utilisateurs se contentent d’utiliser les applications de base ou celles auxquels ils sont invités.

Aujourd’hui, pensez-vous qu’il est indispensable de s’inscrire à Facebook ?

Tout à fait et dans l’urgence. Il est indispensable de s’inscrire rapidement déjà pour un problème d’identité numérique.Ceci réduit les cas d’usurpation d’identité qui peuvent toujours exister dans Facebook.

Seconde raison. Un pari. Et si le type de solution offert par Facebook devenait l’interface de demain, autant le découvrir dès aujourd’hui, afin de prendre une longueur d’avance.

Dernière raison pour laquelle je co
nseille l’inscription : voir comment sera investi à terme ce réseau. Je disais en début d’interview que des usages nouveaux devraient voir le jour. Nous devons apprendre à nous servir de Facebook… Nous n’en sommes qu’aux prémices des possibilités de ce type d’outils.

L’apport du nomadisme, de la géolocalisation… devraient ajouter des possibilités en sus dans ce type de solution. Donc, même si on ne souhaite pas réellement utiliser Facebook, je conseille à toutes les personnes de garder un œil sur ce qui se passe à l’intérieur de Facebook… (C’est impossible sans s’inscrire). Comment vont se développer les pages, quel usage telle ou telle entreprise fait de Facebook, comment Facebook est intégré en complément ou en substitution des outils de CRM, etc.

D’ailleurs, dés à présent, Facebook apporte plus de visiteurs sur leur site que Google, à certaines entreprises. C’est une raison suffisante pour y regarder de plus près !

Eric Delcroix : auteur de Facebook, on s’y retrouve !
Ed Productions | Les Zed | Blog en Nord | les z’ed Netvibes
Profil : Facebook | Linkedin | Viadeo

Alain Lefebvre – Vision 2007

medium_cubepetit.26.jpg

« …. dans mon domaine, je vois la montée en force de la notion de réputation liée à la notion d’identité numérique… »

Alain Lefbvre« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »

Voilà typiquement le type de question auquel je ne sais pas quoi répondre ! la couleur ? pouvez-vous m’expliquer ?

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
dans mon domaine, je vois la montée en force de la notion de réputation liée à la notion d’identité numérique.


« Quels sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »

Mon espoir c’est que nos efforts soient enfin récompensés. Je ne crains rien car ça sert à rien de craindre.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Oui, pour chaque individu professionnel va surgir la notion d’identité numérique et la nécessité de la gérer (ou de la laisser en friche…).
Cette gestion de l’identité numérique passe par les blogs mais aussi et surtout par les réseaux sociaux.
Parmi ceux-ci, on va distinguer ceux qui vous permettent de gérer vraiment votre réputation des autres qui en sont encore à faciliter la rencontre virtuelle.

Bio : Alain Lefebvre est le co-fondateur de SQLI, il est aujourd’hui chroniqueur et consultant en TIC, et le créateur de
6nergies l’un des réseaux sociaux français. Il est aussi l’auteur de 5 ouvrages dont le dernier est « Les réseaux sociaux – Pivot de l’Internet 2.0 »

Management des réseaux sociaux

medium_managemenrezosociaux.gif

Collectif  Revue française de gestion , Editions Hermès – Lavoisier , 2006


Sommaire

  • La force de vente et les activités d’intelligence économique
  • Créativité et leadership des groupes de recherche
  • Recherche en parrainage. Quelle évolution et quels résultats ?
  • L’impact des fusions-acquisitions bancaires sur les accords de crédits aux pme
  • Du concept de communauté à celui de ba. Le groupe comme dispositif d’innovation
  • Management et réseaux sociaux. Jeux d’ombres et de lumieres sur les organisations
  • Qu’est-ce qu’un bon réseau personnel ? Le cas de l’ingenieur D&D
  • Le capital social de l’organisation flexibilisée
  • Les déterminants du fonctionnement communautaire. Une etude comparative
  • Productivité et réseaux sociaux. Le cas des entreprises du batiment
  • Apprentissage collaboratif et réseaux d’investisseurs en capital-risque

Les réseaux sociaux – Pivot de l’Internet 2.0

La bibliothèque NextModerne, les réseaux sociaux, Alain Lefebvre interviewé par Denis FaillyAlain Lefebvre, M2 éditions, 2005

Quelques mots de l’auteur, Alain Lefebvre

Denis Failly« Pouvez-vous nous dire ce qui a présidé à l’écriture de ce livre, un besoin d’évangéliser »?

Alain Lefebvre La bibliothèque NextModerne, Alain Lefebvre« Besoin d’évangéliser, forcément. Ma démarche professionnelle a toujours été d’écrire un livre pour appuyer mes idées. Dans le cas des réseaux sociaux, le domaine est si vaste, le potentiel si grand et l’offre (les livres sur la question) était tellement vide qu’il me paraissait évident qu’il fallait commencer par un ouvrage « basique » afin de cadrer le contexte. Cela implique que je pense déjà à des ouvrages plus spécialisés… »

Denis Failly« Quelle est la thèse principale de votre ouvrage ? »

Alain Lefebvre « Ah, il faut choisir ?, C’est difficile, j’aimerais mettre plusieurs éléments importants en avant !
Mais bon, retenons simplement que l’utilisation d’applications Web pour les réseaux sociaux change radicalement le contexte du relationnel :
– autrefois réservés à une élite (du monde des affaires), les réseaux sociaux sur Internet ouvrent ce domaine à tous, étudiants, chômeurs ou autres…
C’est ce caractère disruptif qui va expliquer le grand succès de ces nouveaux services. »

Denis FaillyQuelles sont les perspectives envisageables dans les mois qui viennent et à plus long terme, comment voyez – vous se dessiner l’avenir du Web en général et des réseaux sociaux en particulier ?

Alain Lefebvre « La perspective qui est en train de se dessiner est liée à la gestion de réputation, les réseaux sociaux vont permettre d’apporter de la transparence et de la visibilité.
En cela, ils vont devenir le principal vecteur de votre identité numérique et donc de votre réputation, en gros cela peut se résumer ainsi :
Si vous avez une réputation, alors celle-ci est visible (où ? sur le Web bien sûr !), à plus long terme nous allons vers la notion d’hyper-visibilité et c’est dans cette perspective que j’ai créé le service « Signal social »

Denis Failly « Je vous remercie »

Le réseau 6nergies dont Alain Lefebvre est le créateur : http://www.6nergies.fr

 

Bio : Alain Lefebvre est le co-fondateur de SQLI, il est aujourd’hui chroniqueur et consultant en TIC, et le créateur de
6nergies l’un des réseaux sociaux français. Il est aussi l’auteur de 5 ouvrages sur l’informatique