Pierre Levy – Vision 2007

medium_cubepetit.jpg« … La blogosphère, les wikis, le P2P, les jeux collaboratifs multi-joueurs en ligne et autres logiciels sociaux ont donné à des millions de gens un avant-goût de l’intelligence collective dans le cyberespace. »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ?»
1) Le principal événement dans mon activité a été la conception, la réalisation (avec plusieurs intervenants) et la mise en ligne du site www.ieml.org, qui contient notamment une première version, hautement hypertextuelle, du dictionnaire IEML ainsi que la première version d’un éditeur de graphes IEML. Plusieurs publications spécialisées m’ont également permis d’annoncer le projet à la communauté scientifique. 2006 est donc l’année de naissance d’IEML, après une quinzaine d’années de gestation.

2) En 2006, le WWW consortium a, lui aussi, lancé l’idée d’un « Common Web Language » pour résoudre le problème de l’interopérabilité sémantique, que les outils actuels du dit « Web sémantique » (XML, RDF, OWL) ne permettent pas de résoudre. Malheureusement, le groupe qui traite le dossier du common web language est fermé et son président ne répond pas aux mails. Cette opacité ne présage rien de bon :  elle suggère que le WWW consortium est en fait un groupe d’intérêts privés et qu’il ne pratique pas la transparence propre à la communauté scientifique, ce qui est particulièrement grave vu l’importance de l’enjeu. Mais j’espère me tromper sur ce point!

3) Finalement j’ai eu le plaisir d’assister à la création d’un centre de recherche sur l’intelligence collective au MIT. Bien que je n’aie pas décelé d’idées très originales dans leur site, l’événement est d’importance parce qu’il officialise et légitime à l’échelle internationale un champ de recherche orienté vers l’augmentation des capacité cognitives des groupes humains par un usage judicieux des ordinateurs en réseau. Par ailleurs, je vois avec plaisir se multiplier les propos, groupes de travail (dont celui de la FING), publications, blogs, centres de recherches et programmes d’enseignement consacrés directement ou indirectement à l’intelligence collective.  Je rappelle que mon ouvrage « L’intelligence collective » date de 1994, l’année où le Web venait juste de poindre son nez, et que cette expression – tout comme la philosophie sous-jacente – avaient été fortement critiqués à l’époque et dans les années qui ont suivi… Douze ans plus tard, l’intelligence collective commence à devenir une évidence, à la fois conceptuelle et pratique (le web 2.0).
 

«Comment voyez vous 2007, quelles évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine (métier, expertise, marché…) ? »
Si mon domaine est le développement des connaissances théoriques et pratiques sur l’intelligence collective, les choses bougent à une échelle qui n’est pas celle de l’année mais plutôt celle de la décénnie. La blogosphère, les wikis, le P2P, les jeux collaboratifs multi-joueurs en ligne et autres logiciels sociaux ont donné à des millions de gens un avant-goût de l’intelligence collective dans le cyberespace. Tout cela exploite les possibilités d’Internet (interconnexion entre ordinateurs) et du web (interconnexion entre pages). Il faudra sans doute encore plusieurs années avant que l’on se décide à passer à l’étape suivante, celle d’un adressage des concepts, au-dessus de l’adressage des ordinateurs (TCP-IP) et de l’adressage des pages et des liens (HTTP). En effet, ce n’est qu’à partir d’un adressage mathématique des concepts qu’il deviendra possible d’exploiter pleinement l’unification en cours de la mémoire humaine dans le cyberespace, d’observer de manière mesurable et réflexive les phénomènes d’intelligence collective et de maîtriser la gestion des connaissances.

 
«Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
2007 devrait voir plusieurs développements de l’initiative IEML.
1) Dès le mois d’avril, nous devrions disposer d’un wiki (le wikimetal, pour « wiki du métalangage ») qui permettra à diverses communautés de discuter la traduction de leurs terminologies en IEML. Lorsqu’un consensus aura été atteint sur le wiki, les nouveaux « mots » IEML (c’est-à-dire des adresses conceptuelles interprétées en langues naturelles) seront intégrées au dictionnaire de référence.
2) Une équipe internationale de spécialistes en informatique devrait commencer à programmer un moteur de recherche sémantique capable d’interroger des bases de données indexées en IEML. Il s’agit du labo de communication multimedia de l’Université d’Ottawa sous la direction de Abed El Saddik, du labo d’informatique cognitive de l’UQAM avec la participation de Daniel Memmi, d’une équipe du labo Paragraphe de Paris-8 sous la direction de Imad Saleh, d’une équipe brésilienne autour de la bibliothèque virtuelle en santé sous la direction de Rogerio Da Costa et des spécialistes américains des « Topic Maps » Michel Biezunski et Steve Newcomb.
3) Le moteur de recherche sémantique devrait être testé sur plusieurs bases de données dans les domaines de la santé publique, de l’alimentation, des compétences des adultes en formation et autres.

Bio : Pierre Lévy a consacré sa vie professionnelle à analyser les implications culturelles et cognitives des technologies numériques et à promouvoir leurs meilleurs usages sociaux.

Né en 1956. Maîtrise d’histoire des sciences (Paris, Sorbonne, 1980, dirigée par Michel Serres). Doctorat de sociologie (Paris EHESS 1983, dirigée par Cornélieus Castoriadis).
Chercheur au CREA (École polytechnique, Paris) sur l’histoire de la cybernétique, de l’intelligence artificielle et de la vie artificielle, 1983-1986. Professeur invité à l’Université du Quebec à Montréal, departement de communication, 1987-1989, enseigne l’informatique pour la communication. Professeur en sciences de l’éducation à l’ Université de Paris-Nanterre, 1990-1992, enseigne les technologies pour l’éducation. Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication (Grenoble 1991). Co-fondateur et chercheur au Neurope Lab. Recherches sur l’économie et la technologie de la connaissance, 1991-1995. Il est membre de la mission officielle sur l’enseignement ouvert et à distance.

A propos d’IEML