Alban Martin – Vision 2007

medium_cubepetit.11.jpg

« Mon espoir serait de voir éclore de véritable maison de musiques, plutôt que des maisons de disques. …La transformation de la filière musicale en co-créateur d’expériences musicales uniques est la révolution attendue pour 2007 »

 

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
L’année 2006 fut, pour la musique en ligne, une année assez chahutée par le contexte législatif, notamment dans le premier semestre 2006. Par contre, certaines initiatives sont venues colorer le second semestre, telles que les projets de distribution de musique gratuite avec l’alliance Universal-Spiralfrog ou de clips vidéos sur Youtube. Donc je dirais que l’année a été Jaune, par oppoAlban MARTINsition à Orange ou Rouge.

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? » 
Pour 2007, j’anticipe l’envol de Myspace avec la vente de musique sur ce site comptant 140 millions d’inscrits et près de 3 millions de groupes. J’anticipe également quelques annonces fortes autour de l’alliance google et youtube, notamment dans le domaine des clips vidéos et de la monétisation de l’audience. Enfin j’imagine un rapprochement encore plus poussé entre les éditeurs de logiciels (apple, microsoft, roxio, real etc…) et les majors musicales: alliances? partenariats? prise de capital croisé? rachat?

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Mon espoir serait de voir éclore de véritable maison de musiques, plutôt que des maisons de disques. Je pense qu’on en prend le chemin, il suffirait d’accélerer le mouvement. La transformation de la filière musicale en co-créateur d’expériences musicales uniques est la révolution attendue pour 2007. Ma crainte serait de voir se tournant encore repoussé, et entravé par des questions juridiques.

 
« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Mes projets à long terme vont se concentrer sur l’écriture, d’un troisième livre, sur la manière dont les nouvelles technologies peuvent être un allié viable et puissant pour les règles démocratiques…mais chut, c’est un secret, et ce n’est pas avant 2010…

Bio : Alban Martin est diplômé d’HEC et à effectué un séjour aux USA à l’Université du Michigan (deuxième année de MBA) qui lui a permis de rapporter quelques idées innovantes de modèle économique participatif.
A l’issue de ses études il rédige un mémoire consacré aux nouveaux modèles de co-création de valeur intitulé « Internet and the New Technologies : Threat or Opportunity for the Entertainment Industry? » qui lui vaudra le prix de la fondation HEC en 2004.
Ce mémoire donnera lieu à publication chez Publibook sous le titre « The Entertainment Industry is Cracked, Here is the Patch ! ».

Plus récemment Alban Martin est l’auteur de « L’Age de peer, quand le choix du gratuit rapporte gros » 

Darknet : La guerre d’Hollywood contre la génération digitale

medium_couv_darknet_200.jpg

JD Lassika, M2 Editions, Mai 2006
Préface de Howard Rheingold.

Titre original : « Darknet, Hollywood’s War against the Digital Generation. »

 

Denis Failly – JD Lasica could you portray us this mysterious underground universe that you name Darknet (stakes, rules, main actors, strategies…) ?

JD Lasica medium_jdlassika.2.jpg-« Darknet » works on several levels. It refers to the universe of blogs and small, independent websites outside the bright glare of mainstream media sites. These may be small and obscure sites on their own, but collectively they’re becoming as significant and weighty as traditional media.
It also refers to the hundreds of underground sites, in the dark recesses of the Internet, where users can communicate and exchange files in relative security, outside the orbit of the legal system.
Usenet, Internet Relay Chat and university « top sites » are examples of this.
Most importantly, « Darknet » refers to what may happen to the Internet itself should current trends continue. The forces of control, exercised by the entertainment and media companies and backed by their allies in the United States government and unthinking governments abroad, refuse to embrace their digital futures.
This is in no way an endorsement of unfettered file sharing, which is wrong, plain and simple. But the public is largely unaware of the restrictions being placed on on our digital devices — from portable music player to home networks to digital televisions — which prevent law-abiding citizens from using legally purchased media in ways they’ve come to expect. »

Denis Failly – What is your vision of Peer to Peer tomorrow, and is there any limits ?

JD Lasica – « Yes, certainly there are limits. Few reasonable people believe that because a file has been digitized, it’s therefore free for all the world to copy.
An interesting phenomenon has emerged in the past year: the birth of legal peer-to-peer services. Several companies, such as Outhink.com and Pando.com, allow users to exchange large video files with other via p2p. But these services emphasize that users are to exchange files that they’ve created, such as home movies.
I think that’s the future: more and more we’ll see p2p used in legal ways, allowing us to exchange large digital files that we own or created. This will become even more pronounced as we move into the era of high-definition video. »

Denis Failly – Do you believe the Personal media era that you describe in your book, is a epiphenomenon or is it a deep and viable trend in the long run ?

JD Lasica – There’s no question that the personal media revolution is a long-term, lasting phenomenon. All the signs suggest that this era is here to stay. Millions of people are turning to grassroots media sites like YouTube.com and Ourmedia.org for their entertainment, news and information.
The question is, where do we go from here? I think people will quickly tire of the short silly videos you see on some of these sites. We’ll be looking for something deeper and meaningful, something outside the formulas and cliches seen in traditional television.
One prediction: grassroots media will get better, more polished and professional-looking, as the tools of creativity get easier to use and as small groups of people get together to collaborate on higher-quality works.
Second prediction: Many people will start making money for grassroots videos they’ve created.
Final prediction: In the next year we’ll see several deals between traditional media companies and small startups to bring grassroots media works into television channels, cell phones and other distribution networks. »

Denis Failly – Which solutions are possible according to you to (re)conciliate the interests of Majors and the « darknet users » ?

JD Lasica -The solution is apparent for all to see: Entertainment companies need to embrace their digital destinies and start experimenting with new business models for music, video and games. If not, the darknet users will force their hand. My concern is not with the bottom line of the media companies but with the artists and creative individuals who need to receive a fair payment for their creations.
Currently, the music system is out of balance, with the vast majority of artists receiving little or no income for their efforts. If we blew up the current music distribution system and started from scratch, there’s no way we’d come up with anything resembling the current system.
I don’t believe Hollywood faces the same threat to its well-being that the music labels are facing. Swapping and watching Hollywood movies is still a practice you find on college campuses and among geeks, but it hasn’t penetrated the middle class, and probably won’t. But the film industry needs to be aware that people want to watch movies on their terms, without the absurd kinds of restrictions encumbering digital devices.

Denis Failly – As observers of Internet, I suppose you begin to have a idea about the possible scenarios in term of news uses, news economic models for next years ?

JD Lasica – « I recently returned from a trip to Seoul, South Korea, where I attended the International Citizen Reporters’ Forum. It was amazing to see so many people passionate about citizen journalism from all over the world — places like Brazil, Chile, Cameroon and Nepal.
I think smart news organizations are waking up to the fact that the public no longer wants to be spoonfed the news as passive consumers.
Many of us want to engage in a conversation about the news, and to participate in a meaningful way. That means blogs, citizen media videos and podcasts are all part of today’s media equation.
Newspapers and television news networks will find a way to survive — as they must. Professionals still bring a lot to the table that amateurs cannot emulate. But traditional news outlets also must evolve to the new participatory realities or perish. »

Denis Failly – « Thank you JD »


Le blog de JD Lasika
Le blog français autour du livre

 

Bio : JD Lasica, journaliste et blogueur américain reconnu, a écrit de nombreux articles pour des journaux comme le Washington Post, Salon, le Industry Standard… Il est le fondateur du site ourmedia.org qui est au centre du phénomène du journalisme citoyen au niveau mondial. Auparavant, éditeur du principal quotidien de Sacramento, le Sacramento Bee, pendant 11 ans et responsable de l’équipe éditoriale dans trois startups. 

La révolte du pronetariat

La bibliothèque NextModerne, La révolte du pronétariat, Joël de Rosnay
Joël de Rosnay, Carlo Revelli, Fayard, 2006

Quelques mots d’un des auteurs, Joël de Rosnay

Denis Failly« Pouvez-vous nous dire ce qui a présidé à l’écriture de ce livre « ?

Joël de RosnayLa bibliothèque NextModerne, Joël de Rosnay – « Au cours des 10 dernières années j’ai été frappé par la montée d’un nouveau pouvoir civil : les citoyens du monde sont en train d’inventer une nouvelle démocratie. Non pas une « e-démocratie » caractérisée par le vote à distance via Internet, mais une vraie démocratie de la communication et de la participation. Cette nouvelle démocratie, qui s’appuie sur ce que j’appelle les « media des masses », émerge spontanément, dynamisée par les dernières technologies de l’information et de la communication, auxquelles sont associés de nouveaux modèles économiques. Il me fallait rendre compte de cette étonnante révolution s’appuyant à la fois sur des technologies avancées et sur des nouvelles pratiques inventées par les utilisateurs eux même, et en particulier par les nouvelles générations. Pour preuve, le SMS, le bavardage sur le Net (le « chat »), le partage de musique en P2P (de particulier à particulier), n’ont pas été proposés par les grandes entreprises de la communication, mais initiées et développées de manière explosive par les jeunes utilisateurs du portable et de l’Internet. »

Denis Failly« Quelle est la thèse principale de votre ouvrage ? »

Joël de Rosnay – « Je voudrais donc témoigner aujourd’hui de cette nouvelle lutte des classes entre ceux que j’appelle les « infocapitalistes » détenteurs des contenus et des réseaux de distribution et les « proNétaires », nouveaux producteurs et acheteurs de biens et services produits par eux-mêmes en ligne sur les réseaux. J’ai créé le terme de « pronétaire » à partir du grec « pro », (devant, avant, mais aussi favorable à) et de l’anglais « net » (réseau), qui a conduit à l’appellation familière en français d’Internet, le « Net »
Je pense que la production massive et collaborative par ce nouveau proNétariat représente une révolution aussi importante que celle du début de l’ère industrielle symbolisée par la machine à vapeur, puis par la mécanisation et l’automatisation intensives. Aujourd’hui, grâce aux nouveaux outils de pouvoir des proNétaires, s’appuyant sur le numérique et l’Internet, cette révolution est encore plus rapide et prend de court les pouvoirs en place. Certes, « l’empire contre attaque », mais avec des moyens répressifs, juridiques, ou de propagande médiatique, inadaptés.
Ces nouvelles pratiques mettent désormais en cause les modèles traditionnels industriels et commerciaux de production et de distribution. Il m’est apparu essentiel d’expliquer en terme clairs, – car le jargon né des internautes est parfois mystérieux (blogs, wikis, Skype et autres…) – pourquoi cette e-révolution s’apparente à une nouvelle « lutte des classes » entre les grands pouvoirs politiques et industriels et ce qu’on peut toujours appeler « le peuple », ou la société civile. Car les règles du jeu du modèle industriel traditionnel, fondé sur la propriété, par quelque uns, du capital financier ou de production, ont changé. L’accumulation du « capital informationnel » grâce aux ordinateurs personnels, aux banques de données et à l’Internet, se fait de manière exponentielle. La création collaborative et la distribution d’informations de personne à personne, confèrent de nouveaux pouvoirs aux utilisateurs, jadis relégués au rang de simples « consommateurs ». Des outils « professionnels » leur permettent de produire des contenus numériques à haute valeur ajoutée dans les domaines de l’image, de la vidéo, du son, du texte, jusque là traditionnellement réservés aux seuls producteurs de masse, propriétaires des « mass media ».

Denis Failly« Quelles sont les perspectives envisageables, les raisons d’être optimiste, les scénarii possibles…? »

Joël de Rosnay– « Ce livre a pour but, non seulement d’analyser cette surprenante évolution, mais aussi de proposer des solutions constructives pour ré-équilibrer les pouvoirs afin de favoriser le développement des connaissances et la protection des libertés humaines. Observateur attentif de l’impact des nouvelles technologies sur la société, je suis convaincu que la nouvelle «nouvelle économie » née de la montée du proNétariat, pose et posera des problèmes culturels, politiques, sociologiques et même éthiques, radicalement nouveaux. Les proNétaires, par l’utilisation des blogs, vlogs, wikis, journaux citoyens, IM, téléphone mondial gratuit tel que Skype…, comme outils stratégiques de production et de distribution, créent un univers commercial parallèle à celui des entreprises classiques. D’où les défis et les enjeux auxquels sont aujourd’hui confrontés entreprises et gouvernements et auxquels ils ne savent pas répondre. Les « media des masses », seuls véritables media démocratiques, vont radicalement modifier la relation entre le politique et le citoyen et, par voie de conséquences, avoir des impacts considérables dans les champs culturels, sociaux, économiques et politiques. La télévision, la radio, le livre, les journaux, les magazines, le téléphone, la publicité, ne seront plus les mêmes. Encore faudra-t-il que ce nouvel univers du « gratuit », démontre qu’il est capable de générer des bénéfices indirects, assurant la croissance économique, le partage des richesses et la solidarité. »

Denis Failly – « Je vous remercie »


Le site du livre : www.pronetariat.com


Le site de l’auteur, « Carrefour du futur » (Cv , Bio, et conférences de Joël de Rosnay)

Bio : Joël de Rosnay, Docteur ès Sciences, est Président exécutif de Biotics International et Conseiller du Président de la Cité des Sciences et de l’Industriecde la Villette dont il a été  le Directeur de la Prospective et de l’Evaluation jusqu’en juillet 2002 . Entre 1975 et 1984, il a été Directeur des Applications de la Recherche à l‘Institut Pasteur.
Ancien chercheur et enseignant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le domaine de la biologie et de l’informatique, il a été successivement Attaché Sci
entifique auprès de l’Ambassade de France aux Etats-Unis et Directeur Scientifique à la Société Européenne pour le Développement des Entreprises (société de « Venture capital »).