Organisation 2.0 – Martin Roulleaux Dugage

f709d639ea03c0b666772b90b5a4297f.jpg

Nous recevons Martin Roulleaux Dugage pour son livre Organisation 2.0, le knowledge management nouvelle génération ; mettre en place des communautés de pratique dans l’entreprise

 

l’interview vidéo de Martin Roulleaux Dugage  :

Entretien avec Marc de Fouchécour

 

 

 » Ce qu’on appelait Knowledge management est aujourd’hui en profonde mutation. Longtemps Focalisé sur la collecte et le classement de données, l’apparition du web 2.0 et son modèle d’intelligence participative lui offre désormais de nouvelles perspectives : décloisonner le management et connecter les personnes. Véritable guide méthodologique, cet ouvrage propose des outils pour mettre en place des réseaux de savoirs et des communautés de pratique qui s’impliquent et s’approprient collectivement les objectifs de l’entreprise. Il fournit égalemment des indicateurs pour évaluer la performance de ces communautés et des exemples issus de cas d’entreprises qui appliquent ces méthodes.  »

 

Ingénieur Civil des Mines de Paris et MBA de l’INSEAD, ancien ingénieur chez Dassault Aviation et consultant chez Stratorg, Martin Roulleaux Dugage a dirigé des équipes marketing er R&D chez Schneider Electric avant de prendre la direction en 2002 du programme Knowledge Management qui a valu à Schneider Electric de recevoir le prestigieux MAKE Award en 2005. Il est actuellement Directeur et Knowledge Officer chez PricewaterhouseCoopers.

 

En bonus audio, 2  autres questions posées à Martin Roulleaux Dugage

 

Quel sera l’impact des nouvelles generations, « digital native », dans les entreprises ? Vont-elles précipiter les crises ou peuvent-elles être un vecteur de changement ? 


 

 

 

Comment survivre aujourd’hui dans des entreprises shizophrènes qui à la fois nous imposent un contrôle de plus en plus serré et analytique de nos activités et de notre temps, et nous demandent d’être de plus en plus réactifs et innovants ce qui comme vous le soulignez exige de « rendre un space de liberté aux employés ? »