Jean Michel Cornu – Vision 2007

medium_cubepetit.27.jpg

…l’ère de l’internet des objets qui va se développer dans les prochaines années – La compréhension des processus de coopération, d’intelligence collective (et des réseaux humains) se développe… grâce à l’intelligence collective..

Jean Michel Cornu« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
La couleur de 2 006 : infra rouge
Vous n’avez encore rien vu mais quand cela va devenir visible des changements majeurs nous attendent


« Comment voyez vous 2007 ,quellesévolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ?»

beaucoup de choses importantes mais juste deux exemples :

Le nombre d’objets intelligents connectés qui étaient équivalents au nombre d’humains connectés (1 milliard pour chacun) va les dépasser, ouvrant ainsi l’ère de l’internet des objets qui va se développer dans les prochaines années – La compréhension des processus de coopération, d’intelligence collective (et des réseaux humains) se développe… grâce à l’intelligence collective… Après deux ans d’échanges, le groupe Intelligence collective de la Fing va présenter dans les prochains mois des synthèses des différents aspects à prendre en compte pour développer la coopération et l’intelligence collective.

« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
Tous les espoirs et toutes les craintes, car l’homme a acquis les moyens à la fois de se détruire (et de détruire la planète) mais également les moyens de comprendre comment mieux vivre ensemble et permettre une vrai progression (l’innovation ascendante qui permet de faire remonter les meilleures idées) plutôt que de créer systématiquement des conflits d’intérêts.
Bref « tout peut arriver » et le thème de l’université de printemps de la Fing cette année est particulièrement d’actualité : « les apprentis sorciers »

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
La Fondation Internet Nouvelle Génération fait peau neuve après un peu plus de 5 ans :
– de nouveaux domaines couvrant « l’innovation au service de la performance économique et du développement humain » : les nanotechnologies, les biotechnologies, la cognition, mais aussi la l’éthique et d’autres aspects de plus en plus transdisciplinaire
– des partenaires qui soutiendront une Fing renforcée pour mieux accomplir son rôle au niveau français, européen et international
– des programmes d’actions pour fédérer les énergies autour de quelques grands thèmes (le premier : inventer la ville 2.0)

 

Bio : expert international sur la société et les technologies de l’information, directeur scientifique de la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing), Jean Michel Cornu est l’auteur de deux ouvrages sur l’Internet de demain

Vision 2007

NextModernity vous présente ses meilleurs voeux 2007
L’année 2007, vue par les auteurs de la bibliothèque

 

Pierre
Levy
Richard Collin Eunika Mercier Laurent Olivier
Zara
Gilles
Balmisse
Thierry
Crouzet
Malo Girod de l’Ain Bernard
Girard
Alban
Martin
Marc
Halevy
Bernard
Cova
Oleg
Curbatov
François
Laurent
Henri
Kaufmann
Rémi
Sansaloni
Nathalie
Brion
Damien Bruté de Rémur Saphia
Richou
Eric
Seulliet
Serge
Perrine
Remy
Sussan
Jean Claude Morand Jérôme
Delacroix
Franck
Dumesnil
Alain
Lefebvre
medium_CornuJeanMichel.jpg
Christian Marcon
Jean Michel
Cornu
Christian Marcon

Rémi Sussan – Vision 2007

medium_cubepetit.22.jpg

« …la combinaison d’interfaces comme la remote et les objets connectés ou intelligents vont accentuer la fusion entre l’univers virtuel et le « réel… »

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
« Il me parait difficile de juger sur une seule année des progressions souvent discrètes qui ne prennent sens que plusieurs années après leur apparition. Si je devais donner à 2006 un symbole particulier, ce serait sans doute celui de la wii remote, qui inaugure un nouveau rapport entre le corps et le monde virtuel, et un tout nouveau type d immersion. C est le retour au corps. Jusqu ici la vision d un tel retour était un peu passéiste. Ici au contraire, le corps, démultipliant sa capacité d action entre de plein pied dans les univers abstraits et mentaux.
Et ça ne coûte même pas cher ! »

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine   ? »
rémi sussan « Je pense que 2007 ira encore plus dans ce sens, la combinaison d interfaces comme la remote et les objets connectés ou intelligents vont accentuer la fusion entre l univers virtuel et le « réel. ». Quels sont les arts qui vont apparaître grâce à un corps ainsi capable de naviguer entre différents mondes ? Des danseuses de bases de données ?
Des ninjas hackers qui pirateront des systèmes en effectuant des mouvements d arts martiaux ? »

« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l année qui vient ? »
« Comme chaque année j espère voir apparaître des idées nouvelles et étranges, capables de nous faire voir les choses sous un angle original. »

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
« Comme je l ai dit, on assiste à un retour au corps et de mon côté, je commence sérieusement à me passionner pour le plus puissant des micro-ordinateurs, notre propre cerveau. Les découvertes obtenues grâce à l IRM ne datent pas de cette année, mais les travaux s accumulent et je suis persuadé que les prochaines synthèses des recherches en neurosciences en cours ouvriront des perspectives vertigineuses, tant sur le plan philosophique que politique (cf. les travaux en neuromarketing et neuroéconomie). »

 
Bio: Rémi Sussan est journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies. Il s’intéresse notamment aux retombées sociologiques de l’usage des techniques, ainsi qu’aux mouvements parallèles et alternatifs qui en découlent. Rémi Sussa écrit pour de nombreux journaux et magazines, dont Internet ActuTechnikart, PC Magazine, Computer Arts, Science et vie High Tech, etc.Il est contribue aussi à Internet Actu.
Son dernier livre : Les utopies posthumaines : Contre-culture, cyberculture, culture du chaos

Vision 2007 – Christian Marcon

medium_cubepetit.28.jpg

La montée en puissance des diplômés en intelligence économique qui entrent dans les entreprises et les collectivités me donne à espérer que l’intelligence économique ramifiera de plus en plus largement, sous son nom ou par ses réflexes, ses pratiques, ses outils – ce qui est aussi important.


 Christian marcon
« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Dans le domaine de l’intelligence économique, 2007 a été une année de couleur changeante. L’état s’est emparé du thème de l’intelligence territoriale et de l’intelligence économique. Les productions intellectuelles ont été abondantes, tant sous forme de colloques, d’articles que d’ouvrages. Les blogs ont fait une percée dans le domaine de l’intelligence économique. Et pourtant, les associations de professionnels sont restées encore en retrait, le thème de la défense économique a submergé l’espace médiatique, les pôles de compétitivité tardent un peu à faire leurs preuves. Une année de joies et de regrets, donc.« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
2007 verra sans doute une clarification du paysage des associations de professionnels. On peut parier encore que les auteurs apporteront de nouvelles ressources dans lesquels jeunes en formation et professionnels trouveront matière à penser et mettre en place leur intelligence économique. Mais quelles seront les conséquences des élections sur la dynamique d’intelligence économique au niveau de l’Etat ? Mystère.

« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
Mes espoirs sont de moyen terme. La montée en puissance des diplômés en intelligence économique qui entrent dans les entreprises et les collectivités me donne à espérer que l’intelligence économique ramifiera de plus en plus largement, sous son nom ou par ses réflexes, ses pratiques, ses outils – ce qui est aussi important.
Mes craintes ? Que nos vieux réflexes de ligne Maginot paralysent cette dynamique. Protection des pouvoirs en place, des méthodes en place, crainte des mots, dédain à l’égard des « petits jeunes »… Un catalogue bien connu, hélas.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
L’année 2007 verra paraître la deuxième édition, revue et corrigée, de l’ouvrage « Développez et activez vos réseaux », écrit avec Nicolas Moinet. Que l’éditeur le relance indique qu’il y a une demande constante sur le thème. C’est un bon signe, celui de l’apprivoisement de la problématique par un plus grand nombre de professionnels, par des cadres, des jeunes… Les logiques de réseau commencent à être mieux comprises. Les éclairages multiples proposés par les parutions diverses sur le sujet sont roboratifs. Le fait que l’ouvrage soit réédité est aussi, naturellement, une reconnaissance pour nous. Et nous travaillons, toujours avec Nicolas Moinet, sur un nouveau projet d’ouvrage. Car la diffusion de la connaissance est au cœur de notre mission d’universitaires.

Bio : Christian Marcon est Maître de conférence à l’université de Poitiers et chercheurs sur les problématiques liées aux réseaux et à l’Intelligence économique, il est l’auteur d’un ouvrage paru récemmentl « Intelligence Economique »

Alain Lefebvre – Vision 2007

medium_cubepetit.26.jpg

« …. dans mon domaine, je vois la montée en force de la notion de réputation liée à la notion d’identité numérique… »

Alain Lefbvre« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »

Voilà typiquement le type de question auquel je ne sais pas quoi répondre ! la couleur ? pouvez-vous m’expliquer ?

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
dans mon domaine, je vois la montée en force de la notion de réputation liée à la notion d’identité numérique.


« Quels sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »

Mon espoir c’est que nos efforts soient enfin récompensés. Je ne crains rien car ça sert à rien de craindre.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Oui, pour chaque individu professionnel va surgir la notion d’identité numérique et la nécessité de la gérer (ou de la laisser en friche…).
Cette gestion de l’identité numérique passe par les blogs mais aussi et surtout par les réseaux sociaux.
Parmi ceux-ci, on va distinguer ceux qui vous permettent de gérer vraiment votre réputation des autres qui en sont encore à faciliter la rencontre virtuelle.

Bio : Alain Lefebvre est le co-fondateur de SQLI, il est aujourd’hui chroniqueur et consultant en TIC, et le créateur de
6nergies l’un des réseaux sociaux français. Il est aussi l’auteur de 5 ouvrages dont le dernier est « Les réseaux sociaux – Pivot de l’Internet 2.0 »

Jean Claude Morand – Vision 2007

medium_cubepetit.23.jpg

« Le Travel 2.0 va faire son entrée dans l’industrie du tourisme qui est une industrie qui manipule énormément d’information… »

 

 « De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Tout à commencer plutôt sombrement et puis avec le printemps, le ciel est redevenu bleu alors que les prairies virtuelles verdissaient. L’été a été pour moi la découverte du Travel 2.0 qui concrétise des concepts du Web 2.0 dont on parle trop entre geeks mais dont le langage est trop hermétique pour une grande majorité de managers de petites ou grandes entreprises.

 

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
CJean Claude Morandomme je me spécialise de plus en plus dans le domaine du tourisme, j’observe de plus prés ce secteur industriel en pleine mutation après l’arrivée des low-costs qui se transforment maintenant en medium-costs. émergence d’Internet et la fabuleuse évolution des réservations en ligne achèvent de mettre à genoux les acteurs de ce secteur qui n’ont pas les connaissances, l’expertise, la flexibilité et les moyens, au sens large, de maintenir le contact avec les voyageurs sur le Net. Pour eux l’année 2007 risque d’être bien triste, surtout si l’inflation des mesures de sécurité continue à progresser. Pour ceux qui détiennent, ces moyens et la souplesse d’acquérir les compétences qui leur permettront de concevoir des applications novatrices à base de réseaux sociaux, de géo-tagger des cartes interactives grâce aux technologies AJAX et/ou d’alimenter leurs prospects avec des flux RSS connectés directement à leurs bases de connaissance sans intervention humaine supplémentaire car je crois peu aux blogs professionnels qui restent chers à mettre en œuvre du point de vue de leur gestion quotidienne. Je ne parle pas ici des systèmes sur le plan technique qui sont eux faciles, trop faciles à installer !

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
Le Travel 2.0 va faire son entrée dans l’industrie du tourisme qui est une industrie qui manipule énormément d’information. Les bits que N Negroponte ne souhaite pas transporter physiquement, par opposition aux atomes qui eux sont contraints de l’être. Après les EXPEDIA, TRAVELOCITY, Voyages SNCF, des start-ups sont en train de sortir des cerveaux novateurs pour proposer de nouvelles approches qui  n’ont pas fini de nous surprendre. Je crois que l’évaluation collective des service (customer content generated ou Customer Marketing generated) atteindra les limites de la crédibilité.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Oui, plusieurs projets autour du Travel 2.0 et du geo-tagging. Mais je pense aussi avoir l’opportunité de faire avancer une forme du web semantic qui couplée à une application d’intelligence artificielle devrait apporter une réponse à l’un des problèmes évoqués dans ma réponse à ladeuxième question. J’en parle un peu dans mon dernier ouvrage « RSS, Blog : Un nouvel outil pour le management » dont la version 2.0 a été publiée en Août dernier. Mais je vous donne rendez-vous dans quelques mois pour ne pas casser l’effet d’annonce. En tout état de cause, sur le plan personnel j’éprouve une grande joie de pouvoir collaborer à des projets de cette nature et je souhaite à tous les lecteurs d’obtenir autant de motivation que j’en ai actuellement dans leur environnement professionnel pour 2007.

 

Bio: Jean-Claude Morand est l’auteur de plusieurs ouvrages couvrant différents aspects du e-Business. C’est un passionné de nouvelles technologies et plus particulièrement de leurs applications concrètes en entreprise. Il est titulaire d’un doctorat en management de l’université de Grenoble. Après de nombreuses années passées chez Digital Equipment Europe, il a évangélisé ses collègues de ST Microelectronics en qualité d’e-Marketing Innovation Manager depuis 1999. Ses axes de recherche couvrent non seulement RSS, mais également les applications du « Web sémantique » et d’autres standards XML.
Son livre : RSS, Blog : Un nouvel outil pour le management »

Gilles Balmisse – Vision 2007

medium_cubepetit.6.jpg

« De plus en plus d’entreprises s’intéressent sérieusement aux blogs, aux wikis, aux réseaux sociaux, aux folksonomies& Beaucoup sont encore au stade de la réflexion mais des expérimentations à plus ou moins grande échelle commencent à voir le jour.

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
2006 fut une bonne année pour le knowledge management en général. Les thèmes dominants concernant notre activité de conseilGilles Balmisse ont été principalement la recherche d’information en entreprise et la collaboration. L’intérêt des entreprises pour l’amélioration ou la mise en place d’une nouvelle solution de recherche d’information est en partie lié à la maturité des technologies et au dynamisme des fournisseurs de technologies. En effet, sur ce marché aussi porteur que concurrentiel, une nouvelle génération est en train de voir le jour. Moins chères, plus ergonomiques, plus flexibles et bien moins intrusives que l’ancienne génération, ces nouvelles solutions possèdent de nombreux atouts susceptibles de séduire des entreprises qui ne souhaitent pas investir dans des chantiers trop importants d’intégration.

En ce qui concerne la collaboration, les principales demandes étaient orientées sur la mise en œuvre de communautés de pratique, intra et inter entreprise, et sur leur outillage. Sur ce dernier point, il est à noter que les blogs font bien souvent partie des demandes « standards » pour faciliter l’animation et la communication au sein des communautés !

« Comment voyez vous 2007, quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »

De plus en plus d’entreprises s’intéressent sérieusement aux blogs, aux wikis, aux réseaux sociaux, aux folksonomies… Beaucoup sont encore au stade de la réflexion mais des expérimentations à plus ou moins grande échelle commencent à voir le jour. Les entreprises comprennent qu’un mouvement est en marche sur Internet et qu’il aura forcément un impact sur leur activité, mais lequel ?

2007 devrait être marqué par un nombre croissant de projets sur l’utilisation des outils de social computing et du web 2.0 en entreprise.

« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »

A l’heure actuelle la principale difficulté pour les projets de mise en place d’outils de social computing est de trouver des applications et des usages véritablement pertinents et porteurs de valeur pour les entreprises. Etant donné les expérimentations en cours, l’année 2007 sera sans doute marquée par une communication plus importante des « pionniers » sur leurs retours d’expériences. Suite aux divers succès ou échecs, de véritables usages pertinents en entreprise devraient voir le jour et se diffuser.

Par contre, continuera-t-on à parler des technologies de social computing avant de parler de leurs usages ? Je crains que oui… Pourtant un collaborateur n’a que faire de savoir s’il utilise un wiki, un blog ou un autre outil. Ce qui l’intéresse, c’est pouvoir réaliser ses activités plus vite, plus facilement, avec une meilleure reconnaissance… peu importe l’outil utilisé !

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»

En ce qui me concerne, 2007 va être riche de nouvelles activités en plus de KnowledgeConsult et du conseil.

Tout d’abord, Ali Ouni et moi-même allons lancer en début d’année un nouveau site web dédié à l’utilisation des outils de social computing et du web 2.0 en entreprise. Ce site sera alimenté par les retours d’expériences et les informations que nous avons obtenus, et que nous glanerons, au cours de l’écriture de notre prochain ouvrage sur ce sujet passionnant.

Je suis également en train de préparer avec l’aide d’un partenaire technique un annuaire des entreprises, des produits et des ressources sur le marché de la gestion de l’information et des connaissances. Cet annuaire sera disponible sur ITSpotter.com et il devrait être lancé au cours du second semestre 2007. Pour l’heure, nous testons la plateforme technologique et nous enrichissons nos données.

Enfin, j’ai récemment rejoint une jeune société qui développe un service innovant sur Internet d’accès à l’information professionnelle… Rendez-vous au second semestre 2007 !

 

Bio : Fondateur et Directeur associé de Knowledge Consult, un cabinet de conseil spécialisé dans la mise en oeuvre du knowledge management et de la veille, Gilles BALMISSE est également à l’origine de ITSpotter, un service dédié au marché des solutions de gestion de l’information et des connaissances.
Il intervient régulièrement dans des conférences et séminaires. Il est également chargé d’enseignements sur les outils du KM dans de nombreux établissements. Gilles Balmisse est l’auteur du guide des outils du Knowledge Management

Jérôme Delacroix – Vision 2007

medium_cubepetit.24.jpg« 2007 verra se consolider l’écosystème Web 2.0 né depuis 2 ans avec de plus en plus de ponts avec l’économie « traditionnelle… »

 

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
2006 a été l’occasion pour moi de travailler en réseau avec de nombreux indépendants soudés par des liens de coopération forts. Cela s’est traduit par un travail de long terme pour des clients sur des aspects marJérôme Delacroixketing et de relation clients et sur la refonte de sites Internet. Une grande confiance s’est établie entre nous. Nous avons travaillé en mode distant la plupart du temps, avec une utilisation intensive de skype : chat, envoi de fichiers, conférences à plusieurs. Nos projets étaient coordonnés par un wiki permettant la prise de brief et la rédaction de spécifications avec en outre la gestion de tickets (anomalies, bugs). Les activités professionnelles liées aux wikis ont pour moi consisté à travailler en partenariat avec XWiki sur la spécification et la mise en place d’un intranet coopératif, des cours donnés à l’Université Paul Verlaine de Metz et à l’Ecole Centrale Paris.Sur cette fin d’année, on sent un intérêt plus fort pour le travail coopératif, avec notamment pas mal de sollicitations sur des projets wikis et l’arrivée sur le marché du collaboratif de grandes entreprises bien implantées dans l’économie traditionnelle. C’est ainsi que j’ai pu intervenir aux côtés de NextModernity à l’occasion du lancement de l’offre Business Together d’Orange.
Sur un autre plan, je termine l’année comme l’année dernière par un gros travail de rédaction d’un livre blanc sur la relation clients, issu d’interviews auprès de 35 entreprises. Il sera publié début 2007.

« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ?
Selon moi, 2007 verra se consolider l’écosystème Web 2.0 né depuis 2 ans avec de plus en plus de ponts avec l’économie « traditionnelle ». Je pense que cette diffusion progressive des nouvelles approches est très positive, évitant l’effet « bulle » de start-ups, blogueurs et techno-fans vivant en vase clos. En 2007, je souhaite continuer ma démarche d’interactions réciproques entre mes deux spécialités : l’investigation à travers l’écriture et le blogging, d’une part, et d’autre part ,mon travail de consultant fonctionnel et en accompagnement du changement auprès d’entreprises qui, trop prises par leur métier, n’ont pas nécessairement le temps de suivre toutes les évolutions.


« Quelles sont vos espoirs et vos craintes pour l année qui vient ? »

Mon espoir pour Coopératique est de pouvoir compléter mon travail de consultant par le lancement d’un « produit » concret : site Internet communautaire ou prestation de service par abonnement pour le grand public ou les entreprises par exemple. Bref, de passer à une dimension plus « industrielle ».
J’aimerais aussi formuler un espoir pour la France en 2007, année charnière : qu’elle ne se laisse pas berner à nouveau par les sirènes de la commisération et de la victimisation face aux injustices sociales et qu’elle mobilise au contraire toutes ses forces pour tirer tout le monde vers le haut, pour tirer parti des mutations du monde moderne.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Comme je le disais ci-dessus. Je compléterai par le fait que je m’interroge sur le sujet suivant : les organisations les plus coopératives sont-elles condamnées, à partir d’une certaine taille, à sombrer dans des jeux politiques qui ne servent pas son intérêt, ou est-il possible de maintenir l’état d’esprit coopératif malgré la taille ? C’est une question qui me passionne et que j’aimerais bien éclaircir !

 

Bio : Jérôme Delacroix, trente ans, est passionné pour les nouvelles technologies et leurs liens avec la société. Après plusieurs années dans le conseil en organisation, il a décidé de se consacrer à la communication et à la vulgarisation technologique.  » Blogueur  » et  » wikiste  » invétéré, il est un participant actif du phénomène de la coopération sur Internet. Il est le créateur de Coopératique une société spécialisé en management coopératif.
Les Wikis est l’un des rares ouvrages disponibles en France

Franck Dumesnil – Vision 2007

medium_cubepetit.25.jpg

« …Je crois au développement de la Télévision IP sur internet et de la naissance de bouquets de programmes de bonne qualité sur le web… »


« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »

J’aime le bleu et l’orange. Couleur froide et couleur chaude. Pour ma première année d’entrepreneur (Blogperformance a démarré officiellement en Nov 2005) j’ai réalisé beaucoup de choses et j’ai réussi à vivre de mes activités. donc je dirai bleu clair. le bleu outremer est réservé aux sommets de la réussite. C’est la couleur de l’azur au sommet de l’everest.

 
« Comment voyez vous 2007 , quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Je crois Franck Dumesnilau développement de la Télévision IP sur internet et de la naissance de bouquets de programmes de bonne qualité sur le web et au développement de programmes de télévision locale dans lesquels les citoyens-internautes seront de plus en plus créateurs de contenus. Consom’acteurs …  
En outre, Les blogs seront probablement de plus en plus collaboratifs et utilisés dans des groupes entre personnes connues avec invitations. Cela notamment à cause du spam qui devient un véritable fléau. Bonne utilisation en interne pour collaborer en entreprise.


« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »

je répond plus tard …


« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
J’ai envie de profiter de cette bonne occasion que me propose cette bibliothèque pour parler d’un projet que j’ai à coeur de faire grandir dans le domaine du contenu télévisuel IP, une webTV notamment mais avec des services en ligne comme du podcasting mais pas seulement. J’ai à ce jour des acteurs qui sont partie prenante dans ce projet et je continue à rechercher des financements…

Bio: Franck Dumesnil est consultant. Il est le créateur de Blogperformances. Il produit et héberge des podcasts pour les entreprises qui souhaitent développer leur audience sur le Web. Il anime aussi des conférences et des tables rondes à destination du monde professionnel sur les enjeux des nouvelles technologies.
il est l’auteur d’un des rares ouvrages français sur les Podcasts

Bernard Cova – Vision 2007

«  »… le marketing, en quittant sa position fondamentaliste, devra prendre en compte l’Autre, le consommateur, non en apprenant sur lui mais en apprenant de lui, de son expertise, de ses expériences… »

« De quelle  couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Dans le domaine de la consommation et du marketing, 2006 a pris les couleurs du Customer Made. Le management nous a habituéBernard Cova à sortir régulièrement de nouveaux mots d’ordre qui excitent et passionnent les responsables d’entreprise l’espace d’une saison. Le ‘tube’ managérial de 2006 a fait du consommateur un producteur et ceci pour le plus grand bien de l’entreprise : les consommateurs aujourd’hui seraient la source la plus intéressante d’idées originales de nouveaux produits et de nouvelles publicités et les managers n’auraient qu’à se pencher pour ramasser ces idées et ceci, de plus, gratuitement. Avec de tels arguments, ce nouveau mot d’ordre a une chance de se faire une place au Panthéon des nouvelles panacées managériales. A y bien regarder, cette approche n’est pas dénuée de fondements et colle bien aux dernières évolutions de la consommation, mais la mettre en œuvre n’est pas si simple pour les entreprises et requiert de bien différencier les possibilités offertes par le Consumer Made qui toutes reposent sur l’idée de co-création mais avec des degrés d’implication du consommateur et des périmètres d’action différenciés. A ce titre, l’épisode Diet Coke-Mentos a marqué l’année 2006 : des centaines de vidéastes amateurs ont inondé Internet avec une expérience inédite,  mettre des pastilles de Mentos dans des bouteilles de Diet Coke ce qui provoque instantanément une espèce de geyser pouvant aller jusqu’à 5 mètres de haut. Coca-Cola a réagi vivement aux vidéos présentant différentes versions de cette expérience en en déniant la possibilité, puis a souhaité que ses consommateurs prennent plus de plaisir à boire le Diet Coke qu’à faire ce type d’expériences. Mentos, de son côté, a estimé que cette action virale non programmée équivaudrait à l’impact d’une campagne de publicité de 10 millions de dollars et a capitalisé sur ce phénomène viral en créant le Mentos Geyser Video Contest (http://www.mentosgeysers.com/). Mais, Coca-Cola après avoir expliqué que l’expérience ne correspondait pas à la personnalité de la marque et à la stratégie marketing définie vient de faire volte-face et de signer un accord avec un des meilleurs vidéastes amateurs. Aujourd’hui, les deux entreprises travaillent avec les initiateurs de ces vidéos : ces derniers ont donc imposé leur pouvoir à ces entreprises même si l’une d’entre elles, Coca-Cola, y était très réticente.

« Comment voyez vous 2007, quelle évolutions majeures sont à attendre dans votre  domaine ? »
Je pense que 2007 continuera à être placé sous le signe du Customer Made et que l’on arrivera à préciser ses dimensions et donc les expertises nécessaires pour chacune d’entre elles. On devra distinguer ce qui relève de la contribution et la coopération, c’est-à-dire la co-création de l’offre au travers de l’implication du consommateur dans la définition des produits et des variables du mix marketing, de ce qui relève de la customization et de l’appropriation, c’est-à-dire la co-création de l’expérience au travers de l’implication du consommateur dans la production de son vécu avec l’offre de l’entreprise. De même on devra distinguer entre la co-création faite avec des lead-users souvent regroupés en petites communautés de passionnés et la co-création faite avec la masse des simples consommateurs. Le croisement de ces deux dimensions permettra d’identifier quatre types de stratégie de co-création censés répondre aux enjeux qui tous impliquent une partie de Consumer Made : co-innovation, co-promotion, co-production et co-détermination des besoins. Dans les approches de co-innovation, l’entreprise implique des lead users ou des communautés de passionnés dans le processus de conception de nouveaux produits ou services. Avec la co-promotion, l’entreprise implique, le plus souvent par des concours, un ensemble large de consommateurs pour qu’ils produisent les visuels ou les films des prochaines campagnes publicitaires. Dans la co-production, il ne s’agit plus là, pour le consommateur, de contribuer de manière générale au design ou à la publicité d’un produit ou d’une marque mais de participer à la réalisation de son expérience de consommation. Pour cela l’entreprise développe des moyens lui permettant de customizer son offre notamment au travers de plates formes de self-serving (plus que de simple self-service). Dans les approches de co-détermination, il s’agit pour l’entreprise de favoriser le développement d’identification croisée des besoins entre l’entreprise et les lead users. L’entreprise exprime ce qu’est sa stratégie  et ce que sont ses axes de développement et les consommateurs expriment ce dont ils rêvent ou ce qu’ils aimeraient voir développer.

« Quelles sont  vos espoirs et vos craintes  pour l’année qui vient ? »
J’espère que cela obligera le marketing à une véritable révolution, et j’espère ne pas galvauder ce mot, si souvent utilisé pour des changements insignifiants en marketing. Alors que l’idée de connaissance du consommateur est centrale au marketing, elle n’est souvent comprise par les marketers que dans un sens restreint et manipulateur, selon moi : tout connaître sur le consommateur pour le satisfaire et ainsi le fidéliser. Rarement, l’idée que le consommateur ait des connaissances qui puissent être intéressantes pour l’entreprise est mise en avant. C’est pourtant de cela qu’il s’agit : le marketing, en quittant sa position fondamentaliste, devra prendre en compte l’Autre, le consommateur, non en apprenant sur lui mais en apprenant de lui, de son expertise, de ses expériences… Ma crainte est que l’on tende à vouloir appliquer ces approches à tous les cas (effet de mode) alors que tous les consommateurs ne recherchent pas la participation et même, dans certains cas, la fuient ! On parle ainsi (et déjà !) de “Consumer Fatigue” pour évoquer un ras le bol de certains consommateurs vis-à-vis des sur-sollicitations de co-création.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ?»
Après l’ouvrage « Consuming Experiences » qui vient de sortir chez Routledge et qui met en avant le rôle actif du consommateur dans la production de son expérience de consommation et ce dans des domaines très divers (cuisine, sport, musique…), je prépare pour 2007 un ouvrage à paraître chez Butterworth-Heinemann intitulé « Consumer Tribes » qui fera le point sur la tendance croissante des communautés de consommateurs à devenir de vrais acteurs économiques au même titre que les entreprises et donc des concurrents pour ces entreprises. C’est ainsi le cas de la communauté des passionnés regroupés autour de Firefox
Mozilla qui est un projet dit d’open source auquel ont contribué plus de 1000 lead users dans la définition de ses codes et qui a vu 10 000 volontaires participer à son marketing (voir le site Spread Firefox). Certains de ces volontaires se sont même cotisés pour acheter une page de publicité pour Firefox dans le New York Times.

 

Bio :  Bernard Cova est Directeur du Laboratoire Savoir Sud et Professeur ESCP-EAP, il enseigne ou a enseigné aussi à l’universite L.Bocconi de Milan, l’EAP Paris… les thèmes de ses écrits et Recherches gravitent notamment autour de l’Ethnosociologie de la consommation, les Comportements collectifs (communautés, tribus) la Régression et la quête d’authenticité, la Pensée méridienne appliquée au management.

Bernard Cova est l’auteur du livre « Innover en Marketing, 15 tendances en mouvement »