Saphia Richou – Vision 2007

« Le métier de prospectiviste demande de plus
en plus de compétences car les questionnements actuels nécessitent une transdisciplinarité complexe. Comment être sûr de ne pas avoir « loupé un éléphant dans le tapis. »
 
 
De quelle couleur fut votre 2006 dans votre dommaine de compétences ?
En tant qu’enseignante en prospective au CNAM, je dirais que le ROSE fut la couleur de l’année 2006:150 inscrits aux différentes unitSaphia Richoués de valeur enseignées à la chaire de prospective dont 53 inscrits à la promotion 2005-06 du Master en Sciences de Gestion, mention management, spécialité prospective, stratégie et organisation avec 34 reçus.Qui a dit que la prospective n’intéressait plus les décideurs ? En tous cas, la jeune génération à l’air d’y trouver son compte.


Comment voyez-vous 2007, évolutions majeures dans votre domaine ?

Le métier de prospectiviste demande de plus en plus de compétences car les questionnements actuels nécessitent une transdisciplinarité complexe. Comment être sûr de ne pas avoir « loupé un éléphant dans un magasin de porcelaine ». Comment savoir si l’on n’est pas passé à côté d’un pan de réflexion qui s’avérera incontournable demain. Autant dire qu’il faut beaucoup de modestie pour être prospectiviste aujourd’hui. L’expertise, puisque c’est le deuxième volet de votre question tombe à pic. Qui est expert et qui ne l’est pas? Je prends toujours de la distance par rapport aux dires d’experts : ils vivent en cercle clos et passent bien souvent leur temps à s’autovalider. Je suis plutôt à la recherche d’électrons libres, « experts » dans leur domaine, mais pas encore médiatisés pour être dépendant de leur statut d’expert. C’est là où se niche la juste expertise et ce n’est pas une mince affaire de la découvrir. Il faut du temps d’investigation pour accéder à ses pépites de la réflexion et du savoir. On les découvre par « hasard » car ils ne sont pas référencés dans les annuaires. Qu’en au marché de la prospective, il diffère en fonction de ceux qui la pratiquent. A vrai dire, tout dépend de celle ou de celui qui donnent l’impulsion d’une démarche de prospective et cela quelque soit la taille de la structure du commanditaire.


Les espoirs ? Les craintes pour 2007 ?

Mes espoirs sont de développer, au Cnam, au Cercle des Entrepreneurs du Futur, à Prospective Foresight Network, au Millennium Project, au Collège Européen de prospective territoriale de la DIACT, à Créa-Universités et au Club des Vigilants, une véritable collaboration d’échanges d’idées et de pratiques entre les prospectivistes européens et internationaux. Mes craintes seraient que les uns et les autres, nous n’en ayons pas le temps, rivés à nos obligations professionnelles prioritaires.


Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaitez dire quelques mots ?

Je travaille actuellement à la conception d’une méthode qui allie prospective et créativité à toutes les étapes de la démarche prospective. Son but est d’aider les décideurs à sortir des représentations classiques des objets étudiés pour mieux en anticiper les ruptures. Je vous en reparlerai bientôt.

 

Bio : Saphia Richou est Présidente de Prospective Foresight Network – Ingénieur d’études et de recherche, Enseignante en prospective stratégique à la Chaire de Prospective Industrielle du Conservatoire des Arts et Métiers – Auteur d’essais prospectifs, elle à contribuer à l’édition State of the future 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.