Rémi Sansaloni – Vision 2007

medium_cubepetit.16.jpg

« …que le marketing ouvre enfin les yeux sur la réalité démographique et socio-économique
et ne reste pas enfermer dans un jeunisme stérile ou dans un cartésianisme obsolète ». »

 

« De quelle couleur fut votre 2006 dans votre domaine de compétences ? »
Pour l’heure, mon domaine de compétence est le comportement du consommateur. Et, dans celui-ci, l’année 2006 fut riche et fertile. La presse, spécialisée ou non, s’est largement fait l’écho des interrogations profondes des acteurs du marché sur ce consommateur bien difficile à cerner dans un contexte pour le moins indéterminé ! En même temps, et c’est un des côtés les plus positifs à mes yeux, le marketing s’est enrichi d’adjectifs ou de qualificatifs que l’on n’aurait pas imaginé naguère. J’ai ainsi pu lire de plus en plus fréquemment des mots tels que participation, relation, interaction, république… De nouvelles pratiques se sont plus largement déployées, principalement autour de l’ethnographie et de tous ces outils qui permettent de mieux connaître, i.e. plus concrètement, le comportement de ce consommateur. Reste que des ouvertures stratégiques majeures, vers les seniors ou vers un gender marketing par exemple, ne sont pas encore rentrées dans l’esprit des décideurs !

« Comment voyez-vous 2007, quelles évolutions majeures sont à attendre dans votre domaine ? »
Je crains fort que l’année 2007 s’annonce plus politique que toute autre chose. Et l’on sait qu’en France, ce genre de période correspondant à une situation d’attente. Je n’envisage guère de grandes « révolutions » dans mon domaine. Et ce d’autant plus que l’innovation est plutôt atone en France. Si évolutions majeures il y a, elles viendront très probablement du côté de la Toile et de l’amplification du déploiement des nouveaux outils de communication vers ce nouveau média.

« Quels sont vos espoirs et vos craintes pour l’année qui vient ? »
Mes espoirs : que le marketing ouvre enfin les yeux sur la réalité démographique et socio-économique et ne reste pas enfermer dans un jeunisme stérile ou dans un cartésianisme obsolète. C’est une démarche qui s’amorce très lentement, encore de façon trop superficielle, mais c’est un début qu’il faut encourager.

Mes craintes : que le contexte économique, très peu favorable à l’expression de la créativité, ne vienne justement stopper un mouvement qui va dans le bon sens. Moyennant quoi, les consommateurs seront tentés d’exprimer encore un peu plus leur résistance ou leur défiance.

« Avez-vous des projets ou des perspectives particulières dans votre domaine dont vous souhaiteriez nous dire quelques mots ? »
Je souhaiterais pouvoir approfondir deux problématiques dans la recherche d’une meilleure compréhension du consommateur : d’une part, creuser les implications du développement d’Internet sur son comportement (notamment autour de ce que j’ai appelé la Monade cybernétique) ; d’autre part, réfléchir sur les possibles applications de l’ethnométhodologie, principalement par rapport à ce qu’on nomme la phénoménologie du quotidien. Tout cela prenant appui sur un plus large déploiement de mon hypothèse de l’émergence du non-consommateur et de la consocratie.

 

Bio : Sociologue et philosophe de formation, Rémi Sansaloni est actuellement responsable d’études marketing au sein du département TNS Media Intelligence . Il participe depuis plus de dix ans à la rédaction du Marketing Book, et est, en outre, en charge des Observatoires Marketing sur le comportement du consommateur et sur les seniors.
Il est dernièrement l’auteur du livre « Le non consommateur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.