La révolte du pronetariat

La bibliothèque NextModerne, La révolte du pronétariat, Joël de Rosnay
Joël de Rosnay, Carlo Revelli, Fayard, 2006

Quelques mots d’un des auteurs, Joël de Rosnay

Denis Failly« Pouvez-vous nous dire ce qui a présidé à l’écriture de ce livre « ?

Joël de RosnayLa bibliothèque NextModerne, Joël de Rosnay – « Au cours des 10 dernières années j’ai été frappé par la montée d’un nouveau pouvoir civil : les citoyens du monde sont en train d’inventer une nouvelle démocratie. Non pas une « e-démocratie » caractérisée par le vote à distance via Internet, mais une vraie démocratie de la communication et de la participation. Cette nouvelle démocratie, qui s’appuie sur ce que j’appelle les « media des masses », émerge spontanément, dynamisée par les dernières technologies de l’information et de la communication, auxquelles sont associés de nouveaux modèles économiques. Il me fallait rendre compte de cette étonnante révolution s’appuyant à la fois sur des technologies avancées et sur des nouvelles pratiques inventées par les utilisateurs eux même, et en particulier par les nouvelles générations. Pour preuve, le SMS, le bavardage sur le Net (le « chat »), le partage de musique en P2P (de particulier à particulier), n’ont pas été proposés par les grandes entreprises de la communication, mais initiées et développées de manière explosive par les jeunes utilisateurs du portable et de l’Internet. »

Denis Failly« Quelle est la thèse principale de votre ouvrage ? »

Joël de Rosnay – « Je voudrais donc témoigner aujourd’hui de cette nouvelle lutte des classes entre ceux que j’appelle les « infocapitalistes » détenteurs des contenus et des réseaux de distribution et les « proNétaires », nouveaux producteurs et acheteurs de biens et services produits par eux-mêmes en ligne sur les réseaux. J’ai créé le terme de « pronétaire » à partir du grec « pro », (devant, avant, mais aussi favorable à) et de l’anglais « net » (réseau), qui a conduit à l’appellation familière en français d’Internet, le « Net »
Je pense que la production massive et collaborative par ce nouveau proNétariat représente une révolution aussi importante que celle du début de l’ère industrielle symbolisée par la machine à vapeur, puis par la mécanisation et l’automatisation intensives. Aujourd’hui, grâce aux nouveaux outils de pouvoir des proNétaires, s’appuyant sur le numérique et l’Internet, cette révolution est encore plus rapide et prend de court les pouvoirs en place. Certes, « l’empire contre attaque », mais avec des moyens répressifs, juridiques, ou de propagande médiatique, inadaptés.
Ces nouvelles pratiques mettent désormais en cause les modèles traditionnels industriels et commerciaux de production et de distribution. Il m’est apparu essentiel d’expliquer en terme clairs, – car le jargon né des internautes est parfois mystérieux (blogs, wikis, Skype et autres…) – pourquoi cette e-révolution s’apparente à une nouvelle « lutte des classes » entre les grands pouvoirs politiques et industriels et ce qu’on peut toujours appeler « le peuple », ou la société civile. Car les règles du jeu du modèle industriel traditionnel, fondé sur la propriété, par quelque uns, du capital financier ou de production, ont changé. L’accumulation du « capital informationnel » grâce aux ordinateurs personnels, aux banques de données et à l’Internet, se fait de manière exponentielle. La création collaborative et la distribution d’informations de personne à personne, confèrent de nouveaux pouvoirs aux utilisateurs, jadis relégués au rang de simples « consommateurs ». Des outils « professionnels » leur permettent de produire des contenus numériques à haute valeur ajoutée dans les domaines de l’image, de la vidéo, du son, du texte, jusque là traditionnellement réservés aux seuls producteurs de masse, propriétaires des « mass media ».

Denis Failly« Quelles sont les perspectives envisageables, les raisons d’être optimiste, les scénarii possibles…? »

Joël de Rosnay– « Ce livre a pour but, non seulement d’analyser cette surprenante évolution, mais aussi de proposer des solutions constructives pour ré-équilibrer les pouvoirs afin de favoriser le développement des connaissances et la protection des libertés humaines. Observateur attentif de l’impact des nouvelles technologies sur la société, je suis convaincu que la nouvelle «nouvelle économie » née de la montée du proNétariat, pose et posera des problèmes culturels, politiques, sociologiques et même éthiques, radicalement nouveaux. Les proNétaires, par l’utilisation des blogs, vlogs, wikis, journaux citoyens, IM, téléphone mondial gratuit tel que Skype…, comme outils stratégiques de production et de distribution, créent un univers commercial parallèle à celui des entreprises classiques. D’où les défis et les enjeux auxquels sont aujourd’hui confrontés entreprises et gouvernements et auxquels ils ne savent pas répondre. Les « media des masses », seuls véritables media démocratiques, vont radicalement modifier la relation entre le politique et le citoyen et, par voie de conséquences, avoir des impacts considérables dans les champs culturels, sociaux, économiques et politiques. La télévision, la radio, le livre, les journaux, les magazines, le téléphone, la publicité, ne seront plus les mêmes. Encore faudra-t-il que ce nouvel univers du « gratuit », démontre qu’il est capable de générer des bénéfices indirects, assurant la croissance économique, le partage des richesses et la solidarité. »

Denis Failly – « Je vous remercie »


Le site du livre : www.pronetariat.com


Le site de l’auteur, « Carrefour du futur » (Cv , Bio, et conférences de Joël de Rosnay)

Bio : Joël de Rosnay, Docteur ès Sciences, est Président exécutif de Biotics International et Conseiller du Président de la Cité des Sciences et de l’Industriecde la Villette dont il a été  le Directeur de la Prospective et de l’Evaluation jusqu’en juillet 2002 . Entre 1975 et 1984, il a été Directeur des Applications de la Recherche à l‘Institut Pasteur.
Ancien chercheur et enseignant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le domaine de la biologie et de l’informatique, il a été successivement Attaché Sci
entifique auprès de l’Ambassade de France aux Etats-Unis et Directeur Scientifique à la Société Européenne pour le Développement des Entreprises (société de « Venture capital »).

Une réflexion au sujet de « La révolte du pronetariat »

  1. Ping : Le Web social, instrument indispensable à l’amélioration de la condition humaine? | nomade numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.