Le Constructivisme , Modéliser pour comprendre (T3)

Jean-Louis Le Moigne, Editions L’Harmattan, 2004
C’est par un ingénieux système de symbole et de modéles que nous rendons intelligible la connaissance et notre relation au monde, Jean Louis Le Moigne nous invite à de nouvelles méditations épistémologiques qui impulsent un nouvel esprit scientifique dont la rigueur imaginative fait loi.
A lire aussi Tome 2, Epistémologie de l’interdisciplinarité

 

Quelques mots de l’auteur

Denis Failly – « Jean Louis Le Moigne  » quelle serait la définition du Constructivisme qui vous paraît la plus éclairante ?

Jean Louis Le Moigne
« Puis je contourner le piége de la définition des doctrines en ‘isme’ ? Ce sera en vous proposant une définition des épistémologies constructivistes : Les repères sont alors plus stables. J Piaget définit l’épistémologie par l’étude de la constitution des connaissances valables …ce qui semble généralement recevable … et qui nous invite à nous interroger sur ce que doit être une connaissance valable, enseignable donc ! Disons : Légitime ici et maintenant, dans nos cultures. Comme depuis un moment le critère rassurant cartésiano-positiviste de détermination (ou de démarcation) de la vérité scientifique objective et unique, totalement indépendante de tous les observateurs, ne tient pas mieux la route que le critère de conformité à la vérité divine révélée par les textes dits sacrés, il fallait bien, par probité, s’interroger loyalement : Comment aujourd’hui pouvons nous légitimer les connaissances que nous produisons et enseignons ? Depuis un siècle, nous pouvons lire P. Valéry : Les vérités sont choses à faire et non à découvrir, ce sont des constructions et non des trésors. Ou lire G Bachelard : ‘Rien n’est donné, tout est construit’, ou bien d’autres. Tous nous font relire le Discours sur la méthode des études de notre temps que G Vico adressait en 1708 à ses étudiants pour leur proposer une alternative bien construite aux quatre préceptes du Discours de la méthode cartésien : Si je le résume en une des formules fortes de Vico, ce sera ma réponse à votre demande de définition des constructivismes : Le vrai est le faire même. Ce que pouvez faire, n’est –il pas légitime de le tenir pour vrai ? Si vous ne pouvez le faire, réfléchissez d’abord ! C’est ainsi que Léonard de Vinci inventa l’hélicoptère : pour faire monter un corps plus lourd que l’air, ce que l’on disait ne pouvoir faire. »

Denis Failly – « Avec Edgar Morin peut-on vous définir comme un « penseur de la complexité », un évangélisateur du complexe ? »

« A nouveau il me faut contourner le piége de la question : Tout être humain qui pense, pense la complexité, dans, avec, et par la complexité : Quoi de plus perçu complexe que le cerveau par lequel nous pensons ? Quoi de plus perçu complexe que l’univers dans lequel nous vivons et mourrons ? Quoi de plus perçu complexe que notre relation avec les autres humains ?

Certes bien des Grands Clercs tentent périodiquement de robotiser l’exercice de la pensée humaine en proclamant que l’on peut toujours réduire le complexe au simplifié : Les lois de la pensée (titre de l’ouvrage de G Boole) seront tenues pour réductibles à une banale algèbre booléenne! Toutes les choses qui peuvent tomber sous la connaissance des hommes … s’entendront par « … de longues chaînes de raisons toutes simples et faciles », assurait Descartes.
Mais, non moins périodiquement, l’humanité réagit devant ces invitations au simplisme. Pascal déjà répondait à Descartes:‘ »L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant. Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il nous faut relever … Travaillons donc à bien penser »
« Travailler à bien penser«  n’est ce pas s’attacher à penser dans, avec, par la complexité que nous reconnaissions à notre relation au monde de la vie. Ce qui, bien sûr, nous incite à ne pas commencer par tout simplifier, tout découper, tout mutiler. »


Denis Failly -« Pensez vous qu’expliquer la Complexité bien que passionnant et fondamental demeure une quête parfois désespérante au vu de l’hermétisme de certaines instances humaines, organisationnelles, décisionnelles ?

Jean Louis Le Moigne « Mais on n’explique pas la complexité ! Pas plus qu’on explique la vie ou l’amour. On s’attache à donner des sens plausibles à nos actes, à ne pas nier les innombrables solidarités dont nous dépendons et qui dépendent de nous. Toute notre dignité consiste donc en la pensée, nous rappelait Pascal. Pour ce faire, depuis toujours, la sagesse humaine s’est forgée et continue à se forger des artefacts que nous appelons des symboles, et à l’aide de ces symboles, des concepts. Qui nous aident à ‘travailler à bien penser’.
La tentation est grande parfois de former des concepts assez hermétiques pour que nul ne puisse contester leur légitimité puisqu’on ne peut les comprendre. P. Valéry nous conseillait alors de procéder au nettoyage préalable de la situation verbale. Par exemple, de nombreux traités assurent qu’ils vont nous dire ou nous apprendre comment Gérer la Complexité : Alors que la complexité est précisément ce qui ne se gère pas ; Elle nous invite plutôt ‘à comprendre qu’il y a aussi de l’incompréhensible’. Ce qui va nous mettre en situation de Gérer avec la complexité (To Deal with… dira t on en anglais, et non pas to manage’).
Avez-vous observé qu’il n’y a rien d’hermétique dans les propos d’Edgar Morin, (ou de J Piaget, ou de H Simon, ou de G Bachelard…). Certes il crée ou il restaure des concepts en formant des néologismes, mais ils sont tous, et toujours je crois, inte
lligibles dans leur contexte dés qu’il les fait travailler. Il n’y a rien d’hermétique par exemple dans le concept d’éco-auto-ré-organisaction qui s’avère si puissant pour travailler à bien penser…la gestion des organisations sociales ! »


Denis Failly « Avez vous une espérance particulière à formuler pour les générations à venir et êtes-vous optimiste quant à la prise de conscience par le citoyen, les élites…que le monde est complexe et que le complexe se pense et suppose quasiment une « épistémologie de la décision », une revisite des représentations, une refonte des comportements…? »

Jean Louis Le Moigne « Vous vous souvenez de ce vers de Pindare (5 siècle avant Jésus Christ) qu’A. Camus met en exergue du Mythe de Sisyphe ? : N’aspire pas, Ô mon âme à la vie éternelle, mais explore le champ des possibles’. N’est ce pas là une riche et ancestrale sagesse que nous pouvons proposer aux générations qui nous suivent ? Nous serons sans doute plus convaincant si nous nous efforçons nous même de la faire notre ? C’est peut-être ce que vous entendez lorsque vous évoquez la prise de conscience par les citoyens de leur capacité de délibération pragmatique ? S’exercer à activer cette étrange faculté de l’esprit humai qui est de relier que G Vico (après Cicéron) appelait l’ingenium, s’étonnant que la langue française n’ai pas encore trouve un mot pour la désigner

Il ne s’agit pas tant de refonder que de restaurer ou mieux dit E Morin d’enraciner : les Topiques et la Rhétorique d’Aristote, les Carnet de Léonard de Vinci, les Essais de Montaigne, la Scienza Nuova de G Vico ou les Cahiers de P Valéry, nous transmettent cette sève d’une sagesse humaine que deux siècles de positivisme avait souvent fait oublier à nos élites intellectuelles et culturelles. En particulier, ils nous apprennent que puisque nous ne ‘raisonnons que sur des modèles’, il importe de faire attention à la façon dont nous concevons – construisons les modèles sur lesquels nous raisonnons : Au lieu de commencer par simplifier, commençons par former et transformer des représentations toujours contextualisées, riches en couleur, C’est pour cela que Léonard, en bon ingénieur, avait développé si étonnamment les ressources du Disegno. Mais hélas, qui aujourd’hui pense à nous les enseigner ?

Puis-je aussi remplacer votre expression ‘épistémologie de la décision’ par une formule plus opérationnelle et je crois un peu moins hermétique : ‘La critique épistémologique interne de l’étude des processus de décisions dans les organisations humaines’ »

Denis Failly « Enfin dans un domaine plus particulier, support même de cette interview, que vous inspire aujourd’hui, au delà de la fracture numérique, les phénomènes de reliances et d’expressions par Internet, hors des agoras traditionnelles d’expressions , je pense ici aux blogs, forums, tchats, social networking, communautés virtuelles, etc ? »

Jean Louis Le Moigne « Elle m’inspire d’abord, bien sûr beaucoup d’enthousiasme ; c’est très excitant, très oxygénant : Nous voilà en situation de pouvoir vraiment explorer de nouveaux espaces, sans doute infinis, du ‘champ des possibles’. Enthousiasme qui avive le sens de notre responsabilité : Plus s’accroît le champ des possibles, plus s’accroît la responsabilité de la communauté humaine sur notre petite planète, notre terre – patrie.

N’est –il pas très significatif que le dernier Tome de La Méthode d’Edgar Morin (ce nouveau Traité de la réforme de l’entendement après ceux de Spinoza, de Locke ou de Leibniz) s’appelle l’Ethique? Dans ce champ des possibles, quels critères nous permettront de choisir une action ? Avons-nous pratiquement d’autre réponse collectivement acceptable que celle de Pascal : Toute notre dignité consiste donc en la pensée. … Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale.


Exercice souvent difficile et qui ne porte pas en lui-même une garantie définitive de succès, j’en conviens. Mais avons-nous un critère alternatif satisfaisant ? S’en remettre aux experts scientifiques qui disant le présumé scientifiquement vrai diraient par la même le moralement bon ? Ou aux lois d’airain du marché du genre ‘Sera moralement bon ce qui nous rapporte économiquement le plus, et aprés nous le déluge ?

En pratique le principe pragmatique d’action intelligente (qui inclut celui de non irréversibilité) nous propose quand même une sage réponse : Veillons par nos choix immédiats à ne pas réduire la liberté de choix de ceux qui nous succèdent, et si nous devons la réduire dans tel domaine, contraignons nous à l’augmenter d’autant dans tel autre.

Alors, pour ce qui est des impressionnants développements contemporains des formes d’Intelligences connectives (J’aime ce néologisme formé par les québécois), proposons un diagnostic préalable : Les stratégies d’action appellent la méditation éthique et la méditation éthique appelle la critique épistémologique des connaissances mises en œuvre. Sommes nous assez attentifs les uns et les autres à l’exercice, chemin faisant, de nos capacités de critiques épistémologiques s’enracinant dans nos expériences de production et de transmission de ces nouvelles connaissances?

Je rencontre tant de collègues qui me répondent : L’épistémologie c’est de la philo, très peu pour moi ! Et l’éthique, il y a des comités pour cela ; le temps qu’ils aient produits leurs rapports on
sera passé à autre chose…
que je devrais m’inquiéter ! Par chance j’en rencontre quelques autres qui me donnent des raisons d’espérer… en notre capacité collective d’Intelligence de la Complexité »

Denis Failly – « Je vous remercie »

La bio de Jean Louis Le Moigne

L’association pour la pensée Complexe






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.